Réfugiés : la Suède veut expulser 80 000 déboutés du droit d'asile

le , mis à jour à 18:39
1
Réfugiés : la Suède veut expulser 80 000 déboutés du droit d'asile
Réfugiés : la Suède veut expulser 80 000 déboutés du droit d'asile

Alors qu'en France, le Conseil d'Etat juge insuffisants les moyens affectés pour absorber le flux des réfugiés, la Suède, autrefois réputée pour son accueil des réfugiés, entend aujourd'hui expulser jusqu'à 80 000 migrants arrivés sur son sol en 2015 et dont la demande d'asile a été ou sera rejetée. « On parle de 60 000 personnes mais cela peut monter à 80 000 », a indiqué le ministre de l'Intérieur Anders Ygeman au quotidien financier Dagens Industri (DI) et à la télévision publique SVT, précisant que le gouvernement avait demandé à la police et à l'Office des migrations d'organiser ces retours. En Finlande, ce sont 20 000 demandeurs d'asile déboutés qui devraient être expulsés.

Compte tenu du nombre évoqué, la Suède va devoir affréter des vols spéciaux et les expulsions vont se dérouler sur plusieurs années. Le royaume est, historiquement, un pays de forte immigration. En 2013, sur 9 millions d'habitants, les statistiques officielles faisaient état de 15% de sa population nés hors des frontières suédoises. Les immigrants viennent principalement de la Finlande voisine, de Pologne, d'Irak, d'Iran, des Balkans et de Somalie. En septembre 2013, la Suède est devenue le premier pays européen à accorde l'asile permanent à tous les réfugiés syriens qui en faisaient la demande.

A LIRE. Immigration : la Suède, terre promise

En 2015, 163 000 réfugiés de toutes origines ont déposé une demande d'asile en Suède, soit 20% de plus qu'en Allemagne en calculant à population équivalente. En janvier, la Suède a imposé, pour la première fois depuis cinquante ans, que les personnes arrivant du Danemark voisin présentent une pièce d'identité. Sur les quelque 58 800 dossiers traités l'an dernier par l'office suédois, 55% ont été acceptés, mais une proportion importante des décisions rendues concernaient des demandes déposées en 2014 alors que la crise migratoire n'avait pas encore atteint son pic. Le taux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Pas un problème, tous débarqueront un jour ou l'autre en France y compris les réfugiés de la mère Merkel....un sacré cadeau qu'elle nous fait à terme.