"Refugees Welcome", la passe décisive du football allemand aux réfugiés

le
0

Alors que la crise des réfugiés secoue l'Europe toute entière, une partie de l'Allemagne se mobilise pour aider ces nouveaux arrivants dans le besoin et tordre le cou aux néo-nazis. Anonymes mais aussi personnalités de la sphère publique n'hésitent pas à apporter leur soutien à divers programmes d'aide mis en place. Et le monde du football, bien au-delà des tribunes, se retrouve à la pointe de ce rassemblement sans précédent.

Dans tous les stades de Bundesliga ou presque, la même bannière et les mêmes mots de soutien aux réfugiés débarquant en Allemagne. De Hambourg à Munich, en passant par Dortmund et Wolfsburg, ils sont des milliers à avoir choisi leur camp. À l'heure où l'Allemagne se déchire sur le sujet, les supporters allemands semblent avoir fait un choix, et ce, depuis un bon moment déjà. "On avait commencé en 2013, déjà, quand la ville de Hambourg avait réquisitionné un parking du HSV pour y installer un camp de réfugiés. Les jeunes fans du club se sont dit qu'on ne pouvait pas aller au stade, passer devant ces gens et ne rien faire pour eux, explique Geneviève Favé, socio-pédagogue au HSV-Fan-Projekt. On avait fondé une association (HSV-Fans gegen Diskriminierung), et les ultras avaient fait des tifos. Mais récemment, on a voulu aller plus loin que ça. Il y a donc des appels aux dons qui ont été effectués. En parallèle, beaucoup d'initiatives se sont développées : les jeunes ont pris contact avec les réfugiés, et s'entraînent avec eux tous les dimanches (le matin avec les enfants, l'après-midi avec les adultes). Des tournois ont été organisés, comme par exemple à Hanovre, et ce sont nos jeunes qui emmenaient les réfugiés pour aller jouer. Sinon, les mardis, fans et réfugiés se retrouvent pour discuter, manger ensemble, jouer à la console..." Ce qui étonne le plus, c'est que ce rassemblement touche surtout les jeunes actifs pourtant souvent pointés du doigt pour leur égoïsme. "Les jeunes se sentent concernés. Ils voient le désarroi et la misère dans lesquels vivent les réfugiés. Le football est un point de départ. Mais avec le temps, des amitiés se sont créées. Ça vient du cœur. C'est bien, ce que font les jeunes, il y a une vraie prise de conscience", assure Geneviève.

La boîte à 3 euros


Bien au-delà des tribunes, le combat commence à s'organiser aussi. Depuis quelques mois, les clubs aussi rejoignent le mouvement. Le Borussia Dortmund et Sankt Pauli disputeront le 8 septembre prochain un match amical dont les recettes seront reversées aux associations d'aide aux réfugiés. Le BvB qui a par ailleurs invité jeudi dernier plus de 200 réfugiés à leur match de barrages de Ligue Europa. Mayence et Düsseldorf en ont fait de même ce week-end. Hanovre a invité deux joueurs, l'un…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant