Réformes : le ministre des Finances allemand veut la méthode forte en France

le , mis à jour le
31
Réformes : le ministre des Finances allemand veut la méthode forte en France
Réformes : le ministre des Finances allemand veut la méthode forte en France

A en croire le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, un des pires maux de la France serait... la démocratie. De Washington, ce chantre de la discipline budgétaire a fait cette déclaration : «La France serait contente que quelqu'un force le Parlement, mais c'est difficile, c'est la démocratie».

Citant les réformes «très réussies» menées en Espagne, il regrette, semble-t-il, que la main de fer de la «troïka» ne puisse ordonner et régir l'économie française. La «troïka», terme tombé en disgrâce en raison du rejet par les Grecs de cette organisation, haïe par le gouvernement de gauche radicale d'Alexis Tsipras, désigne un groupe de hauts fonctionnaires de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international, et de l'Union européenne, qui contrôle la mise en œuvre de réformes dans les pays européens bénéficiant d'une aide internationale.

«Si vous en parlez avec mes amis français, que ce soit (le ministre des Finances) Michel Sapin ou (de l'Economie) Emmanuel Macron, ils ont de longues histoires à raconter sur la difficulté à convaincre l'opinion publique et le Parlement de la nécessité de réformes du marché du travail», avait dit auparavant l'inflexible ministre allemand, peu accoutumé à la langue de bois.

La sortie de la Grèce de l'euro n'est pas prévue selon Moscovici

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a assuré jeudi qu'il n'y avait «pas de préparation» à une sortie de la Grèce de l'euro, malgré de «trop faibles» progrès de la part d'Athènes. «Il n'y a pas de réflexion sur un "Grexit", il n'y a pas de plan B, il n'y a pas de changement de ce point de vue là même si j'ai vu telles ou telles déclarations, notamment d'Olivier Blanchard», le chef-économiste du FMI qui s'est employé récemment à relativiser les conséquences d'une telle sortie de la Grèce. «On travaille et on fait des progrès mais ces progrès sont trop ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 17 avr 2015 à 17:08

    houla spartaQ parle de chleu , y a ton pote Vals qui débloq 100 millions contre le racis me ... et toc en plein émile

  • jfvl le vendredi 17 avr 2015 à 16:59

    Le brave homme !

  • M467862 le vendredi 17 avr 2015 à 16:50

    Non mais, de quoi il se mêle celui là. Il est Allemand, nous sommes Français et que chacun s'occupe de son pays et il est inutile de vouloir nous imposer ce qu'il désire. Mais s'il souhaite donner de l'argent aux Français pour compenser les mesures qu'il souhaite appliquer chez nous, ça se discute.

  • M7361806 le vendredi 17 avr 2015 à 15:02

    Pour le moment il ne se passe rien sur la réforme territoriale nous conservons nos strates de fonctionnaires inutiles et les impots qui vont avec !

  • M7361806 le vendredi 17 avr 2015 à 14:58

    Aux oubliettes la réforme territoriales ! le PRG un parti miniscule représenté par Jean-Michel BAYLET a troqué son soutien au PS contre une mise à minima de cette réforme .Depuis ce millardaire héritier homme de gauche est battu aux sénatoriales et a la présidence du Tarn et Garonne ses alliés locaux socialistes n'en veulent plus !

  • umrk le vendredi 17 avr 2015 à 14:50

    Les allemands sous leur véritable aspect : méprisants, dominateurs. Hélas cette fois ils n'auront même pas besoin de nous envahir pour obtenir ce qu'ils espèrent : notre pays ramené à un réservoir de main d'oeuvre bon marché pour leur industrie.

  • paspil le vendredi 17 avr 2015 à 14:40

    ils ont dopé la croissance de l'Europe pendant des années en reconstruisant l'Allemagne de l'est ...et nous on a fait quoi ... c'est quoi notre bilan ...

  • Toti1926 le vendredi 17 avr 2015 à 14:26

    Inutile de jalouser les Allemands, il y a une différence importante entre eux et nous. Plus de solidarité, plus de civisme, plus de nationalisme et enfin plus de travail. Avec tout cela ils s'en sortent alors que nous....

  • tropfort le vendredi 17 avr 2015 à 14:22

    t'as vu la guenille qu'on a comme Président ?

  • stricot le vendredi 17 avr 2015 à 14:05

    Le ton du journaliste est fort desagreable. Et par ailleurs, il a 1000 fois raison. Les francais veulent bien des reformes mais pas touche aux "acquis sociaux", les parlementaires freinent des 4 fers pour contenter leur futur electorat, meme si leurs petits enfants doivent crever de leur inaction dans 30 ans. Apres moi le deluge, et en attendant faisons comme si nous etions un pays fort et puissant et riche!