Réforme territoriale : les députés PS s'accordent sur une carte de 13 régions

le
1
Réforme territoriale : les députés PS s'accordent sur une carte de 13 régions
Réforme territoriale : les députés PS s'accordent sur une carte de 13 régions

Désamorcer un sujet explosif. Les députés PS se sont accordés mardi matin sur une nouvelle carte de réforme territoriale avec 13 régions (contre 22 aujourd'hui), au lieu de 14 initialement prévues. Elle tient compte des critiques et tente de déminer le débat sur la réforme territoriale, qui a démarré dans l'hémicycle dans la soirée.

Cette nouvelle carte, adoptée lors de la réunion matinale du groupe socialiste en présence et avec le soutien du Premier ministre Manuel Valls, prévoit les fusions des régions Poitou-Charentes avec Limousin et Aquitaine, du Nord/Pas-de-Calais avec Picardie et de l'Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne. Le Centre resterait seul, de même que les Pays-de-la-Loire et la Bretagne.

Cette nouvelle carte, qui devrait être portée par un amendement du groupe PS, va «dans le bon sens», a estimé le secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini.

Les députés socialistes ont adopté par 72 voix cette nouvelle carte, proposée par le responsable du dossier au sein du groupe Sébastien Denaja, 21 votant pour la carte issue de la commission.

Le projet voté en commission de l'Assemblée la semaine dernière prévoyait une région Nord-Pas-de-Calais inchangée et des fusions Picardie - Champagne-Ardenne, Limousin - Aquitaine et Centre - Poitou-Charentes. Au nord, la fusion entre Picardie et Champagne-Ardenne n'avait en effet guère de soutien, les élus de la première se voyant davantage avec le Nord-Pas-de-Calais et ceux de la seconde avec la Lorraine.

François de Rugy (EELV) : un «pas en avant»

Le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée, François de Rugy, a estimé  que la nouvelle carte constituait «un pas en avant», même si à l'ouest elle manque encore de «cohérence» selon lui.

Elle «permet de structurer la discussion dans l'hémicycle de façon plus claire», a-t-il déclaré. Mais d'après cet élu de Loire-Atlantique, «un problème reste entier et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 15 juil 2014 à 17:57

    OBJECTIF , c'est de préserver leurs énormes avantages, retraites, cumuls, notoriété bourgeoise...... le "petit peuple" ils s'en contre-balancent - aux prochaines élections, abstentions + FN égal à 100%