Réforme territoriale : la nouvelle carte à 13 régions adoptée à l'Assemblée

le
7
Réforme territoriale : la nouvelle carte à 13 régions adoptée à l'Assemblée
Réforme territoriale : la nouvelle carte à 13 régions adoptée à l'Assemblée

L'Assemblée nationale a adopté vendredi matin, après une nuit de débats, la nouvelle carte à 13 régions proposée par les socialistes. Ce découpage comprend notamment la fusion des régions Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine, ainsi que celle du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie. Cette carte, qui découle d'amendements identiques du rapporteur (PS) Carlos Da Silva et du groupe socialiste au projet de loi de réforme territoriale, prévoit également que la Champagne-Ardenne soit rattachée à l'Alsace et la Lorraine.

Cet article 1er sur la carte réduit ainsi le nombre de régions en métropole de 22 à 13 (Corse comprise), et non 14 comme le prévoyait le projet initial du gouvernement. Il a été adopté par 52 voix, dont certaines à droite, contre 23. Les autres fusions programmées sont : Auvergne et Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, Haute-Normandie et Basse-Normandie. Six régions demeurent inchangées: Bretagne, Corse, Ile-de-France, Centre, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Une carte définitive ? 

Pour le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, «il n'existe pas de carte idéale» mais «nous avons eu l'audace de faire (une carte) tout en étant ouverts à ce qu'on la modifie».

D'après Carlos Da Silva, proche du Premier ministre Manuel Valls, «cette carte est un point d'équilibre» et elle sera «peut-être amenée à évoluer», du fait notamment du droit d'option qui devrait être ouvert pour les départements afin de changer de région de rattachement à partir de 2016.

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a prédit qu'une majorité «beaucoup plus large que la simple majorité politique» voterait cette nouvelle carte. «Nous avons une majorité sur cet article 1, il y aura une majorité qui rassemblera la quasi-totalité des socialistes et bien au delà. Il y aura aussi des gens de l'UDI et de l'UMP qui voteront ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 2 oct 2014 à 13:35

    Malheureusement le réflexe corporatiste à sévi il y aura autant d'élus pour les 13 nouvelles régions que pour les 23 précédentes.En politique ça s'appelle aussi un coup pour rien. Impensable que des présumés responsables politiques n'aient pas pensé faire en même temps un peu d'économie,en tous les cas pas chez eux!c'est ce dont les français se rendent compte tous les jours.L'EXEMPLE DOIT VENIR D'EN HAUT

  • frenchto le jeudi 2 oct 2014 à 11:53

    c'est bien au moins ça avance. Si on écoute tous ceux qui pleurnichent on ne va rien faire

  • m.bouil4 le jeudi 2 oct 2014 à 11:15

    Cette "réforme" est menée dans des conditions d'improvisation totale et sent le découpage politicien. Ce sujet mérite mieux et il faudrait aussi clarifier le devenir des départements et les compétences. On préfère voter sur un découpage complètement artificiel... pour dire que l'on réforme. C'est très dommage car c'est un sujet structurant pour 50 ans.

  • pleprise le jeudi 2 oct 2014 à 11:03

    Auvergnat, je me retrouve dans la même région que le lac d'Annecy LOL Quelle bande de bu.rnes !!!

  • M7361806 le vendredi 18 juil 2014 à 12:05

    BAYLET où es-tu ?

  • .jpeg le vendredi 18 juil 2014 à 11:25

    La découpage et la cohérence de certaines régions laissent songeur - Picardie et Nord Pas de Calais : enfin le bon sens mais, Bretagne : sans Loire Atlantique !, Poitou/Charentes/Aquitaine/Limousin : une région fourre-tout à la royale ?, Champagne/Lorraine/Alsace : plutot que Lorraine/Alsace/Franche-Comté, Centre/Pays de Loire : scindés en 2 - Tout cela ressemble plus à un redécoupage politique qu'à un découpage historique.

  • M7097610 le vendredi 18 juil 2014 à 10:49

    ça ne sert à rien mais ça les occupent ! Eloge de l'inutilité.