Réforme territoriale : la guerre des clochers

le
2
L'hôtel de ville d'Orléans.
L'hôtel de ville d'Orléans.

C'est la question qui fâche. Une fois qu'une nouvelle carte de France sera adoptée, il va falloir choisir les capitales de chaque région. Le gouvernement a promis de s'occuper de la question. Casse-tête en perspective ! Même dans une région née du mariage entre Rhône-Alpes et Auvergne où, pourtant, le leadership écrasant de Lyon paraît avoir d'emblée réglé l'affaire. Mais que faire du conseil régional flambant neuf inauguré récemment à Clermont-Ferrand, et qui a coûté plusieurs millions ? Autre interrogation : les citoyens accepteront-ils d'être administrés par un centre de décision situé à des heures de transport de chez eux ? Inquiétudes qui traversent la France... "Comment va être traité le sort du collège de Merlines, bourg du Limousin, depuis Bordeaux, où l'on ne sait même pas le situer sur la carte ?" lance ainsi de son côté la députée corrézienne PS Sophie Dessus (qui a été élue sur l'ancienne circonscription de François Hollande), pourtant favorable à la fusion Limousin-Aquitaine proposée par la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Des siècles d'histoire en jeuSi Strasbourg s'impose naturellement sur l'ensemble Alsace-Lorraine, il est certain que Nancy et Metz ne se laisseront pas "annexer", pardon, écarter (attention aux références du passé) sans coup férir... Et ce n'est pas qu'affaire de patriotisme local. Des siècles d'histoire sont en jeu. Plus préoccupants, les impacts économiques,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 12 juil 2014 à 18:20

    Il suffit de commencer par le début : fusion des communes obligatoires (1000 communes maxi) en laissant le choix du moment qu'elles sont contigües, suppression des cantons, suppression des départements puis...ensuite on pourra envisager la fusion des régions en nombre raisonnable. Avec les socialos tout est fait à l'envers.

  • pichou59 le samedi 12 juil 2014 à 14:59

    LA GUERRE DU FRIC DES POUVOIRS DE LA NOTORIETé DES BOURGES....... mais pour le porte monnaie des contribuables, il ne faut RIEN espérer