Réforme territoriale : Hollande commence ses travaux d'Hercule

le
6
Réforme territoriale : Hollande commence ses travaux d'Hercule
Réforme territoriale : Hollande commence ses travaux d'Hercule

Ça défile à l'élysée. A partir d'aujourd'hui, François Hollande reçoit tous les chefs de file des partis politiques représentés à l'Assemblée nationale ou au Sénat. Objectif du président : trouver le consensus sur la fusion des régions et la disparition des conseils départementaux. De Jean-Christophe Cambadélis pour le PS, qui ouvre le bal, à Marine Le Pen, qui fermera la marche, en passant par François Bayrou ou Jean-François Copé, tous sont attendus. A l'exception de Jean-Luc Mélenchon, qui a préféré une réunion publique sur les européennes aux ors de l'Elysée...

Entretiens d'une heure par personne dans le bureau présidentiel, sans ministre. « Il y a une volonté claire de se porter en première ligne », confie l'entourage du président. Et pour cause : outre les économies -- la réforme apporterait selon le secrétaire d'Etat André Vallini, « entre 12 et 25 Mds? » --, la réforme vise à réduire de moitié le nombre de régions et à supprimer les conseils départementaux. Une réforme « visible », par les Français mais aussi par l'Europe. « Hollande a besoin d'un scalp, il le tient », juge un ténor du gouvernement.

Eviter l'impasse constitutionnelle

Reste à savoir comment le président va s'y prendre. C'est tout l'enjeu de ces entretiens. Après avoir présenté à chacun de ses interlocuteurs les objectifs, Hollande les sondera sur la méthode. Plusieurs scénarios sont à l'étude. Le premier passe par une modification de la Constitution. Avec un référendum ? Ce serait mission suicide. Certes, une écrasante majorité de Français sont pour la simplification, mais Hollande bat des records d'impopularité. « L'hypothèse est écartée », affirme Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement.

Quant à la majorité des 3/5 du Congrès (Parlement et Sénat), autre solution pour modifier la Constitution, elle paraît hasardeuse. « Surtout si le Sénat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le jeudi 15 mai 2014 à 09:55

    Ouais, avec ses petits bras musclés, sa cravate de travers et sa braguette ouverte....toujours prêt le brave homme !!! La France ne compte plus sur lui !

  • mlaure13 le jeudi 15 mai 2014 à 08:34

    Il avance et il recule...comment va t'il faire pour nous herculer ?...)))

  • JOG58 le mercredi 14 mai 2014 à 11:16

    le capitaine de pédalo va vite être coulé puisqu'il est incapable de mener à son terme la moindre réforme; alors celle-ci n'en parlons pas.....

  • knbskin le mercredi 14 mai 2014 à 10:02

    Les grandes réformes de structure ne sont crédible que si dans le même temps, des mesures conjoncturelles simples et efficaces sont prises. Or, depuis maintenant deux ans, c'est le néant, à part ... Les hausses d'impôts, de la dette, du chômage : business as usual depuis 35 ans ! :(

  • knbskin le mercredi 14 mai 2014 à 10:00

    Bah ! Avec Pépère, depuis quelques mois, un discours chasse l'autre : CICE, "Pacte de responsabilité", "Pacte de solidarité", maintenant, c'est la "réforme territoriale", difficile à réaliser ... Pour les travaux d'Hercule, il faut ... Hercule, pas un morpion de corps et d'esprit ... :D

  • frk987 le mercredi 14 mai 2014 à 09:39

    Les socialos n'ont aucune envie de réformer quoique ce soit, c'est comme la réforme fiscale du Zéro, ça passera à la trappe. C'est ça la force réformatrice de la gauche, ne RIEN faire pour continuer à placer le maximum de coquins. Par contre le report des élections, ça, soyez assuré que ça se fera.