Réforme territoriale : 56% des Français pas satisfaits

le
5
Réforme territoriale : 56% des Français pas satisfaits
Réforme territoriale : 56% des Français pas satisfaits

Le projet de François Hollande de redécouper les 22 régions pour n'en garder que 14 ne satisfait pas 56% des Français, selon un sondage BVA pour i-télé ce samedi.

Seules 42% des personnes interrogées disent être satisfaites du nouveau découpage. Le projet du chef de l'Etat présenté lundi n'emporte l'adhésion que chez les sympathisants de gauche (61% contre 29% de satisfaits à droite).

Autre mauvais point pour l'exécutif, une majorité de 54% estime en outre que la réforme est «uniquement destinée à donner une meilleure image du gouvernement» contre 44% qui la jugent «importante pour permettre de donner plus de poids aux régions et de réduire la dépense publique.»

Le projet débattu au parlement

Avant même que la réforme ne soit présentée le 3 juin dernier, les critiques avaient déjà fusé au sein de la classe politique, à droite comme à gauche. Le premier ministre Manuel Valls s'était d'ailleurs immédiatement chargé de la défendre. «Il faut des régions plus fortes pour rendre notre pays plus fort», a-t-il fait valoir. Défendant le principe de décentralisation, il a souligné que la réforme se faisait avec l'impératif de «l'unité du pays, l'unité de la nation, la force de la République. Nous ne sommes pas en train de revenir aux provinces d'antan, du royaume», a-t-il assuré.

François Hollande a tout de même expliqué que les contours de cette carte n'étaient pas figés. «Nous verrons bien», a répondu le Premier ministre, «il peut y avoir des évolutions». «Il va y avoir débat (au Parlement), et j'y suis attaché», a-t-il ajouté.

 La réforme fera l'objet de deux projets de loi présentés en Conseil des ministres le 18 juin, avant un examen qui commencera au Sénat. «La loi nous y oblige puisqu'il s'agit de l'organisation de nos territoires.» Le premier texte de loi doit porter sur la carte des régions. L'autre «sur les compétences des régions, sur la montée en puissance de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 7 juin 2014 à 10:32

    Prendre le problème par le bon bout : c'est d'abord de régler le sort des 36000 communes, de supprimer les cantons, de fermer les sous préfectures....puis ensuite on peut s'attaquer aux régions. Mais comme pour l'Euro, on met la charrue avant les bœufs.

  • .jpeg le samedi 7 juin 2014 à 10:22

    Tout autant que rattacher la Picardie à la Champagne. A croire qu'il ne faut pas laisser la région de Titine prendre de l'ampleur ! Tout cela n'est pas pure politique politichienne. Le travail objectif en est absent.

  • M940878 le samedi 7 juin 2014 à 09:57

    ne pas intégrer la Loire Atlantique dans la région Bretagne est une erreur historique

  • fbordach le samedi 7 juin 2014 à 08:59

    Nous avions le roi Midas, qui transformait tout ce qu'il touchait en or, maintenant nous avons le président Merdas, qui transforme tout ce qu'il touche en M....

  • .jpeg le samedi 7 juin 2014 à 08:27

    Bretagne amputée de la loire atlantique, Picardie non rattachée au nord, grande région de confort poitou-charentes/centre limousin transformée en territoire pour éléphants : c'est impressionnant comment cette réforme est conçue sans intérêt. Après 2 ans de copinage, on continue à récompenser les copains quelque soit le sujet. C'est à se demander ce qu'il faut pour que les français réagissent !