Réforme pénale : Valls-Taubira, ça continue

le
16
Réforme pénale : Valls-Taubira, ça continue
Réforme pénale : Valls-Taubira, ça continue

Le déplacement, mardi, de ministres à Marseille (Bouches-du-Rhône) après un énième règlement de compte devait donner l'image d'un exécutif soudé. L'accrochage très médiatique de Manuel Valls et Christiane Taubira quelques jours auparavant ? Tous s'évertuaient à le minimiser. Mais ces dernières heures, les tentatives d'apaisement semblent avoir définitivement pris l'eau après un nouvel échange, indirect mais houleux, entre le ministre de l'Intérieur et la garde des Sceaux.

La mort d'un retraité qui tentait d'intercepter des braqueurs à Marignane (Bouches-du-Rhône) a en effet relancé le débat sur la réforme pénale. Dans la matinée de vendredi, le ministre de l'Intérieur a jugé que ce crime devait «provoquer le réveil des esprits et des consciences face à cette violence». Pour lui, «la sanction s'impose, la prison joue totalement son rôle. [...] S'il n'y a pas sanction, il y a impunité», a-t-il insisté, en désaccord notoire avec la ministre de la Justice sur certains aspects de son projet de réforme pénale destiné à rompre avec le «tout carcéral». Selon Manuel Valls, «tout acte délictuel doit être sanctionné dès le premier, pour que cet acte ne se reproduise pas. [...] Il faut faire preuve d'une grande fermeté, dire que ça suffit».

«La réforme pénale ne concerne que les délits»

Soucieuse de ne pas être une nouvelle fois taxée de «laxisme», Christiane Taubira n'a pas tardé à répondre. A l'heure du grand rassemblement de l'université d'été socialiste, la garde des Sceaux a assuré dans un communiqué que «la Justice oeuvrera avec célérité» après «ce crime lâche et veule commis contre un citoyen». La ministre a également souligné avoir pu «à de nombreuses reprises constater l'efficacité de la police judiciaire et la très grande qualité du travail accompli en commun par les magistrats et les personnels de police, de gendarmerie et de justice de Marseille». Elle a également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le dimanche 25 aout 2013 à 09:28

    Si on on peut prendre les paris, qui des 2 valsera en premier ?

  • SuRaCtA le dimanche 25 aout 2013 à 08:12

    Les Français ont été bien naïf d'élire un prisident puisse donner une majorité a des demago illusionnistes, surtout qu'ils connaissaient par expérience les valeurs socialistes : Angélisme, Laxisme, Fiscalisme...

  • dmorvan4 le samedi 24 aout 2013 à 22:52

    Valls doit démissionner et déstabiliser ainsi cette bande de branquignoles. C'en est trop de ce gouvernement gaucho prédateur.

  • M9095115 le samedi 24 aout 2013 à 22:18

    Elle fait peur

  • M9095115 le samedi 24 aout 2013 à 22:18

    Valls soit sérieux et ne reste pas avec cette clique d'incompétents dangereux.Ca ait longtemps que tu as compris alors démissionne avant que ce gouvernement soit viré (tot ou + tard )

  • M3435004 le samedi 24 aout 2013 à 17:52

    Laxisme et Sectarisme sont les mamelles de la Rat-kaï (Devise de Madame de Tobi du Rat de Cayenne, ministre de la décomposition sociale et de l'insécurité de sa majesté socialiste Pédalo-Gradubid Premier)

  • 300CH le samedi 24 aout 2013 à 16:49

    Faites vos jeux, le prochain(e) sur la liste "que le Pingouin va jeter" pour moi c la TOTOBIRA, la Vals de vienne c le pilier des GAU CHOS du trône "s'il le jette c tout l'édifice qui s'ébranle pour eux"

  • janaliz le samedi 24 aout 2013 à 13:18

    Si Valls démissionne et s'en va, c'est tout le gouvernement qui risque de valser... Pour notre plus grand plaisir...

  • 300CH le samedi 24 aout 2013 à 12:43

    “Certains attendent que le temps change, d'autres le saisissent avec force et agissent.”

  • axfapi le samedi 24 aout 2013 à 12:24

    M8303372 Pourquoi pas mais dans ce cas je confirme qu il doit démissionner