Réforme pénale : Taubira veut aller vite, Valls veut attendre

le
6
Réforme pénale : Taubira veut aller vite, Valls veut attendre
Réforme pénale : Taubira veut aller vite, Valls veut attendre

Exit le bras de fer entre Christiane Taubira et Manuel Valls après l'arbitrage de François Hollande sur la future loi pénale ? Rien n'est moins sûr. La ministre de la Justice monte à nouveau au créneau ce samedi dans une interview au Monde.fr sur le calendrier de la réforme. Elle veut que le texte soit discuté au Parlement «dès que possible». Vendredi, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a, lui, assuré qu'il serait examiné «après les élections» municipales de mars 2014.

Le projet de loi qui vise à créer une «contrainte pénale» sans prison devrait être présenté en Conseil des ministres le 2 octobre, mais il n'est pas inscrit à l'ordre du jour du Parlement, fixé jusqu'à la fin de l'année. «Une telle réforme, qui a agité et mobilisé à ce point, doit pouvoir être discutée dès que possible par la représentation nationale», affirme Taubira ce samedi, après un mois de couacs entre les deux ministres sur les orientations du texte. Retarder la mise en oeuvre de la réforme pénale en attendant de laisser passer les municipales «serait non seulement de l'irrespect envers nos concitoyens, mais une faute éthique et une erreur politique», insiste la garde des Sceaux. Elle avait déjà jugé la veille qu'il serait «complètement idiot» de «tenir compte des municipales» pour le calendrier de cette réforme.

Interrogé par leMonde.fr sur les différences d'appréciation qu'elle a eues avec Valls, Taubira assure que les deux ministres ont «été très attentifs à ne pas rejouer un énième épisode de l'affrontement police-justice» et que les questions de personnes «importent peu». «On rit, on se dispute, on s'embrasse... C'est sans intérêt», dit-elle. La ministre assure n'avoir pas mis sa démission dans la balance pour obtenir un arbitrage favorable de l'Élysée : «Moi, je démissionne ou je ne démissionne pas, je ne menace pas de le faire.»

VIDEO. Réforme pénale : peines planchers et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9035148 le samedi 31 aout 2013 à 20:08

    Le rat de guyane en prison avec son frère...

  • luberon1 le samedi 31 aout 2013 à 17:14

    «..........serait non seulement de l'irrespect envers nos concitoyens, mais une faute éthique et une erreur politique.»Rassurons là, ce sont ses réformes qui sont un irrespect envers les concitoyens. A ce rythme Marine n'a même plus à intervenir, elle n'a qu'à laisser faire...... c'est grave tout de même non ?

  • nono67 le samedi 31 aout 2013 à 15:27

    lorsque notre ( très ) chère taubira se fera agresser dans la rue et piquer son portable et que les agresseurs ' s'ils sont interpelés , se retrouveront dans la rue dès le lendemain, en application de sa loi, à lui faire des bras d'honneur , on verra sa réaction.

  • queb63 le samedi 31 aout 2013 à 14:37

    Contrainte pénale sans prison... Violeur en liberté surveillé, malfrats armés multi-récidivistes en libertés surveillés, mais surveillés par qui? deja qu'il n'y a pas assez de flics et gendarmes pour entrer dans les banlieues à problème. A moins qu'ils ne veuillent pas y entrer? Mais à force on se demande bien de quel coté de la barrière il faut être pour être considéré dans ce Pays? Ils cherchent toujours des excuses aux assassins, les pauvres ils ont eu une enfance difficile, écoeurant.

  • M3435004 le samedi 31 aout 2013 à 14:33

    TAW BEE RAT GO HOME !

  • nayara10 le samedi 31 aout 2013 à 14:15

    Un séjour lui en ferait grand besoin...Elle poursuit par ce biais sa politique d'indépendance de la Guyanne....Comme personne ne peut l'affronter ,elle se prend pour BOLIVAR de Guyanne...Avec se fonds secrets on ne sait pas ......