Réforme pénale : angélisme de gauche ou archaïsmes de droite ?

le
4
Christiane Taubira, garde des Sceaux, à l'Assemblée nationale.
Christiane Taubira, garde des Sceaux, à l'Assemblée nationale.

Au Parlement, il n'y a plus grand-chose à espérer du débat autour de la réforme pénale de Christiane Taubira. D'abord parce que la procédure accélérée choisie par le gouvernement ne le permet pas. Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois à l'Assemblée nationale, y était farouchement opposé. Il l'a fait savoir à maintes reprises, tout comme le rapporteur du texte, Dominique Raimbourg. Impossible, dans des délais aussi brefs et au vu de la complexité du sujet, de tenir des débats apaisés. Ensuite, parce que les écarts idéologiques sont bien trop grands. Depuis deux ans, Christiane Taubira se bat contre les mêmes poncifs : le "laxisme", "l'angélisme", la "câlinothérapie". Et il n'y a personne ou presque dans l'opposition pour vanter les mérites des peines alternatives à l'emprisonnement, dont la ministre de la Justice a pourtant fait le coeur de sa politique. Christiane Taubira, quoi qu'on en pense, a changé les dogmes. Pour ses détracteurs, son idéologie est "délétère". Selon ses partisans, elle incarne le courage. Celui d'arguer que la prison n'est pas la réponse à tout. Qu'elle ne favorise ni la réinsertion des condamnés ni la protection de la société. Qu'il est bien aisé de parler des victimes, de leurs drames et de leurs tragédies, mais qu'il est peut-être préférable d'en tirer un enseignement. Les rares études sur le sujet parlent d'elles-mêmes : les détenus qui sortent de prison sans accompagnement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xenfab le mercredi 4 juin 2014 à 00:30

    M13, tu sais combien coûte une prison, à construire et en fonctionnement ?? Beaucoup ici qui se plaignent trouveraient peut-être à redire de payer encore + d'impôts. Déjà pour appliquer ne serait-ce que le 1 par cellule, actuellement il faudrait avoir 20% de places de plus ... En plus, toujours actuellement, les prisons sont en sous-effectifs en gardiens, et ne parlons pas du suivi des prisonniers.

  • M1386403 le mardi 3 juin 2014 à 10:42

    Pourquoi ne pas appliquer des solutions évidentes : construire des prisons, 1 détenu par cellule et surtout pas de contact entre détenus lesquels sont catastrophiques.

  • M1531771 le mardi 3 juin 2014 à 09:27

    Moi je commence à avoir envie de ne plus respecter la/les règles, de faire ce que bon me semble, de donner un taquet à mes voisins de semer le cahos tout autour de moi...! La bonne nouvelle est que bientôt je vais pouvoir le faire en toute impunité ! Cool !

  • jbellet le mardi 3 juin 2014 à 09:02

    et les victimes quand va t'on en parler