Réforme ferroviaire : les quatre points qui fâchent

le
8
La réforme ferroviaire divise les cheminots.
La réforme ferroviaire divise les cheminots.

Depuis plusieurs jours, la grève des cheminots paralyse les transports français, au grand dam des usagers excédés. Mais rares sont ceux qui ont perçu les raisons du conflit. Que contient donc la réforme ferroviaire - qui sera examinée à l'Assemblée nationale dès ce mardi - pour susciter une telle résistance ?

Proposé par Frédéric Cuvillier, ministre des Transports, de la Mer et de la Pêche, le texte se compose de cinq points-clés, destinés à moderniser le service public ferroviaire et à le rendre plus efficace et moins coûteux. Le système ferroviaire fonctionne aujourd'hui à crédit, avec un accroissement annuel de la dette de 1,5 milliard d'euros (les mauvais esprits ironiseront sur les 50 millions perdus par le groupe en raison de la commande malheureuse de 2 000 rames trop grandes pour les quais de gare).

1) Financement et dette

Afin de stabiliser l'évolution de la dette, la réforme envisage de confier la responsabilité du financement des grands travaux à l'État et aux collectivités locales, plutôt qu'au gestionnaire actuel d'infrastructures, filiale de Réseau ferré de France (RFF). Pour cela, un pacte national sera conclu avec l'ensemble des parties prenantes, toutes s'engageant à contribuer au redressement financier du système. La note sera toujours salée, mais sans risque de faillite. Reste à savoir à quel point la dette pèsera sur les collectivités locales.

2) Création d'un grand groupe ferroviaire intégré

Le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7403983 le mardi 17 juin 2014 à 18:36

    Il faut tout de même regarder en avant en notre pays !!!! Mais que font ces quelques salariés affidés CGT et SUD RAIL pour aider nos concitoyens ???? RIEN RIEN Uniquement arque boutés sur leurs petits avantages, et complètement déconnectés de la situation FRANCE !!!

  • M898407 le mardi 17 juin 2014 à 18:13

    Mais qu'attend le gouvernement pour faire licencier ces dangereux fossoyeurs de la SNCF ??? Pendant combien de temps va t'on encore les laisser perturber la majorité qui essaie de travailler normalement ???

  • M4487156 le mardi 17 juin 2014 à 15:09

    Le débat public a déjà eu lieu: cela s'appelle les élections. Ces nantis nous coutent un bras.

  • r.espic le mardi 17 juin 2014 à 14:43

    Première priorité: Il faut aligner tous les régimes sociaux des salariés du public et du privé. Le reste n'est que baratin.

  • gb00b04 le mardi 17 juin 2014 à 14:33

    M7025553 quel beau parti pris quand on n'y connait rien... La grosse différence entre le rail Anglais et Français c'est 44mds de dette que la SNCF/RFF vont devoir remboursés. Tu critiques le secteur privé en Angleterre mais sache que British Rail était à terre du fait de l'inaction et du sous-investisement chronique de l'état Anglais pendant 40ans. Il faut arréter de regarder son nombril.

  • r.espic le mardi 17 juin 2014 à 14:31

    Luc Châtel a raison.

  • gixermil le mardi 17 juin 2014 à 14:30

    dette RFF 44Milliards, 1,5Mds d'intérêts payés /an ... les tarifs de péage n'arrivent pas à payer ni les intérêts et encore mois la dette.. UN ENFER ce truc.. prévision: la dette passe à 60 Mds dans quelques années... faillite!!!! TOUT de suite! Basta cosi!

  • r.espic le mardi 17 juin 2014 à 14:28

    Je ne vois pas en quoi cette réforme améliore les choses. Elle ne résout strictement rien.