Réforme du taux du Livret A: "une adaptation de bon sens" (gouverneur Banque de France)

le
3

La modification de la formule de calcul du taux du Livret A est "une question de bon sens", destinée notamment à aider le financement du logement social, a expliqué mercredi le gouverneur de la Banque de France.

"Ce n'est pas une grande réforme, c'est une adaptation limitée qui est une question de bon sens", a déclaré François Villeroy de Galhau sur la chaîne de télévision franceinfo.

Le taux du Livret A est actuellement fixé à 0,75%, son plus bas niveau historique depuis sa création en 1818, et il est déjà prévu qu'il reste à ce niveau jusqu'à l'été 2017.

Chaque année, la révision de cette rémunération intervient le 1er février et le 1er août.

Jusqu'ici, la formule de calcul faisait intervenir le niveau des prix à la consommation (hors tabac) et celui des taux monétaires, le résultat étant majoré de 0,25 point de pourcentage et garantissant systématiquement une rémunération supérieure à l'inflation.

Dorénavant, ce ne sera plus forcément le cas.

Dans un premier temps, la formule restera la même, mais l'inflation et les taux monétaires seront désormais lissés sur six mois, afin de réduire la volatilité, et le résultat toujours augmenté d'un quart de point.

Mais, en cas d'écart trop important entre l'évolution des prix à la consommation et les taux monétaires, le taux du Livret A sera fixé au niveau de l'inflation.

Selon M. Villeroy de Galhau, cette modification répond à deux objectifs: "la protection de l'épargne des Français contre l'inflation" et le soutien à la construction de logements sociaux, qui intervient notamment grâce aux encours collectés sur le Livret A.

"0,25% de taux supplémentaire pour financer le logement social ça veut dire 4.000 euros de plus par an par logement social construit pendant 30 ans. Vous voyez que si on alourdit le coût du logement social on joue contre la solidarité", a-t-il ajouté.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sbedier il y a 3 semaines

    héhé la finance au manoeuvre. bref les sans dents n'ont plus que les yeux pour pleurer. J espère que les sans dents laisseront dormir leur faible revenu sur leur compte courant , quitte à ne rien avoir. Rien pour les HLM et ils auront le peuple dans la rue ou voir Marine au pouvoir

  • mim69005 il y a 3 semaines

    Commentaire digne des commentaires habituels de ce gouverneur de la BDF... Il oublie de dire que la plupart des bénéficiaires du logement social n'ont que le livret A et associés pour faire un peu d'épargne. Ce qu'on leur donne d'une main est repris de l'autre, même si les enjeux à titre individuel ne sont pas de même niveau... J'aimerais que ces chiffres affirmés et réaffirmés soient vérifiables et vérifiés, sinon c'est de l'enfumage et de la culpabilisation gratuite !!

  • marigary il y a 3 semaines

    Une adaptation de bon sens !!!!!!! Si cela pouvait être vrai pour la santé ,l'éducation ,le chômage, ,l'emploi, le partage des richesses, les impôts, etc..................n'est ce pas messieurs les politiques , les journalistes , les sondeurs ,les dirigeants ,de tout poil.