Réforme du métier d'enseignant : les premières mesures de Peillon

le
0
Réforme du métier d'enseignant : les premières mesures de Peillon
Réforme du métier d'enseignant : les premières mesures de Peillon

Les premières mesures dans le cadre des négociations sur le métier d'enseignant ont été annoncées par Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale, jeudi : simplification des tâches administratives pour les directeurs d'école, décharges pour les enseignants en éducation prioritaire, création de postes de formateurs pour le secondaire... Le ministre avait lancé le 18 novembre des discussions avec les syndicats sur treize dossiers. Jeudi, il rendait ses premiers arbitrages, essentiellement sur le primaire. Les discussions se poursuivent jusqu'en février.

Dans le secondaire. Les missions du secondaire sont toujours définies par un décret de 1950 et les discussions là-dessus devraient se poursuivre encore. «Il faut encore du temps de travail pour l'explication, pour finaliser les mesures qui ne devraient pas entrer en vigueur avant 2015,» selon le ministère.

Lundi, les profs de classes préparatoires avaient fait grève à 60% selon le ministère et 80% selon leurs syndicats. Ils protestaient contre une possible augmentation de leur temps de travail ou baisse de leur rémunération dans le cadre de ces discussions.

Dans le primaire. Pour les directeurs d'école, il y aura notamment «tout un travail de simplification administrative», explique le ministère. «On va dégager du temps pour ceux qui en ont le plus besoin, les petites et moyennes écoles. On va le programmer dans le temps, en 2014, 2015 et 2016», ajoute-t-on. Les directeurs d'école de deux ou trois classes seront dispensés de faire classe un jour par mois pour mieux assumer leurs autres responsabilités. Les décharges seront augmentées pour les écoles de 8 et 9 classes. Certaines écoles auront des journées de pré-rentrée plus nombreuses. Est prévu pour les directeurs d'écoles de trois classes et plus un allégement des APC (activités pédagogiques complémentaires), par exemple pour rencontrer des parents.

Les élèves en difficultés. Pour les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant