Réforme du livret A : une rémunération supérieure à l'inflation ne sera plus garantie

le
6
Réforme du livret A : une rémunération supérieure à l'inflation ne sera plus garantie
Réforme du livret A : une rémunération supérieure à l'inflation ne sera plus garantie

Comme l'avait dévoilé lundi Les Echos, les pouvoirs publics vont réformer le calcul du taux du Livret A, souvent présenté comme «le livret d'épargne préféré des Français».

 

La nouvelle méthode de calcul du taux sera dévoilée mercredi avec l'objectif d'adapter sa rémunération à l'environnement de taux bas et d'être plus stable.

 

Chaque année, la révision de cette rémunération, qui est une décision éminemment politique, intervient le 1er février et le 1er août. Jusqu'à présent, la formule de calcul fait intervenir le niveau des prix à la consommation (hors tabac) et celui des taux monétaires, le résultat étant ensuite majoré de 0,25 point de pourcentage et garantissant systématiquement une rémunération supérieure à l'inflation.

 

Sauf qu'avec la nouvelle méthode de calcul, ce ne sera plus forcément le cas.

 

Les pouvoirs publics estiment qu'une telle réforme était devenue nécessaire dans un contexte de taux d'intérêt très bas, voire négatifs en Europe.

 

Un taux jamais aussi faible depuis près d'un siècle

 

Dans un premier temps, la formule restera la même, mais l'inflation sera désormais lissée sur six mois, afin de réduire la volatilité, et le résultat toujours augmenté d'un quart de point. Mais, en cas d'écart trop important entre l'évolution des prix à la consommation et les taux monétaires, le taux du Livret A sera fixé au niveau de l'inflation.

 

Actuellement, le taux du Livret A est fixé à 0,75%. Depuis la création de ce produit d'épargne en 1818, il n'a jamais été aussi faible.

 

Il restera à ce niveau jusqu'à l'été 2017, ainsi que l'avait préconisé en juillet le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. La nouvelle formule n'entrera donc en vigueur qu'à cet horizon.

 

A noter qu'il sera cependant toujours possible d'y déroger, au cas où son application stricte ne conviendrait pas au gouverneur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • akelacca il y a 8 mois

    la véritable honte c'est de légiférer sur une formule de calcul en disant que si le résultat ne convient pas on choisira un autre taux. Soit la formule est bonne, soit elle ne l'est pas.

  • marcsim5 il y a 8 mois

    Enfin, il est insoutenable que les millions de "sans-dents" puissent épargner 3 francs 6 sous....

  • lsleleu il y a 8 mois

    puis après il n'y aura plus d'agent pour construire les hlm ; j'imagine si un gouvernement de droite avait eu des idées aussi farfelues , quel aurait été la réactions de la "gauche"

  • sibile il y a 8 mois

    les ménages modestes font perdre chaque année un peu plus de leurs maigres économies

  • calippe3 il y a 8 mois

    retraite pas augmentée , placement sur livret pour les particuliers qui ne rapporte plus, mais que vont-ils donc laisser aux petites gens .......mais eux toujours des hauts salaires, des rentes et des avantages à vie honte à tous ces élus .....

  • aerosp il y a 8 mois

    le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, ancien patron de la BNP; applique les méthodes des banques capitalistes. Honte aux socialistes d'installer ce type à la Banque de France et de piller l'épargne des petites gens