Réforme du congé parental : les nouvelles règles entrent en vigueur

le
0
Réforme du congé parental : les nouvelles règles entrent en vigueur
Réforme du congé parental : les nouvelles règles entrent en vigueur

Progrès ou régression ? La réforme du congé parental, c'est maintenant. Comme cela était prévu par la réforme de la Sécurité sociale, le congé parental se nomme désormais la «prestation partagée d'éducation de l'enfant (Preparee)» et remplace le «complément de libre choix d'activité (CLCA)». La durée change également de manière officielle pour les enfants nés ou adoptés à partir du 1er janvier 2015, selon les deux décrets publiés ce mercredi au Journal officiel (JO). 

Ce nouveau congé parental doit permettre, selon le gouvernement, à mieux le répartir entre les deux parents. Selon ses détracteurs, il est simplement fait pour réduire la durée pour les mères. Cette modification doit en tout cas rapporter 290 millions d'euros par an à l'Etat. 

De six mois maximum à un an pour les deux parents

Si le premier décret publié ce mercredi modifie simplement le nom de la prestation versée, le second change donc la durée du congé parental. Pour un premier enfant, ce congé est porté de six mois maximum à un an, à condition que les deux parents le prennent. Sinon, il restera à six mois.

A partir du deuxième enfant, sa durée reste limitée aux trois ans de l'enfant, mais chacun des deux parents ne pourra prendre que 24 mois maximum. Si l'un prend 24 mois, les 12 mois restants devront donc être pris par le second parent pour bénéficier de la durée maximale. Selon le secrétariat d'Etat à la Famille, les deux parents pourront se partager entre eux le congé parental comme ils le souhaitent (18 mois chacun par exemple).

Ce congé est actuellement pris à 97 % par les femmes et le gouvernement a défendu sa réforme, en faisant valoir que sa durée «conduit à retirer du marché du travail les femmes, notamment les moins qualifiées». Des associations familiales s'étaient regroupées dans le collectif des «familles plumées» afin de protester contre ces changements. Mais le collectif n'avait que peu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant