Réforme du collège - Vallaud-Belkacem : "Que les conservateurs tombent les masques !"

le
1
Najat Vallaud-Belkacem au collège Pierre-de-Ronsard, dans le 17e arrondissement de Paris.
Najat Vallaud-Belkacem au collège Pierre-de-Ronsard, dans le 17e arrondissement de Paris.

Le Point.fr : Votre réforme du collège, pour la rentrée 2016, suscite une levée de boucliers et un appel à la grève le 19 mai de la part d'une large intersyndicale. Quelles concessions êtes-vous en mesure de faire afin de désamorcer ce conflit ?

Najat Vallaud-Belkacem : J'ai présenté la réforme début mars, nous avons négocié pendant un mois avec tous les syndicats pour l'améliorer. L'aboutissement, c'est une réforme qui a reçu, à une très large majorité, un avis positif du Conseil supérieur de l'Éducation, organe qui réunit les partenaires de l'école. La réforme s'appliquera donc en 2016 pour le bien des élèves, qui apprendront mieux grâce à de nouvelles pratiques pédagogiques, pour la plupart expérimentées avec succès depuis des années. C'est une réforme qui se base sur les réalités du terrain et pas sur la simple imagination de la Rue de Grenelle. Et qui donne une vraie autonomie aux équipes pédagogiques pour mieux répondre aux besoins de leurs élèves.

Votre réforme vise à réduire les inégalités qui se creusent au sein du collège. C'est un but certes noble, mais vos détracteurs s'inquiètent plutôt du nivellement par le bas que votre réforme impliquerait... Cette crainte s'exprime à travers notamment la refonte du grec et du latin à travers une discipline plus vague intitulée "langue et culture de l'Antiquité". De quoi s'agit-il ?

Tout le monde est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 20 avr 2015 à 10:52

    Accessoirement si le but de l'EN était simplement de produire des citoyens sachant lire et écrire, éventuellement de savoir compter, ce ne serait pas le seul et unique but à suivre ? Le reste c'est de l'enfumage politico-socialo.