Réforme du collège : Vallaud-Belkacem n'agit pas «au petit doigt mouillé»

le
9
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem n'agit pas «au petit doigt mouillé»
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem n'agit pas «au petit doigt mouillé»

Sentir le vent sur son doigt humide et aller approximativement dans son sens. Non, ce n'est pas ainsi que la ministre de l'Education nationale a conçu sa réforme du collège. Najat Vallaud-Belkacem l'assure ce jeudi encore, en défendant la viabilité de ses mesures pour la rentrée 2016.

«Sur chaque point de la réforme du collège, nous ne menons pas nos réformes au petit doigt mouillé», a-t-elle affirmé lors d'un congrès de la fédération de parents d'élèves PEEP, au centre Euratechnologies de Lille (Nord). Après les critiques sur les mesures concernant l'enseignement du latin, du grec, de l'allemand ou la présence de l'islam dans le programme d'histoire, ce sont les éditeurs, qui s'inquiètent des délais de confection des manuels scolaires après la refonte des programmes, auxquels il lui faut répondre.

«Après nous avoir attaqués sur le contenu de la réforme des collèges - et butant sur un mur puisque la vérité c'est que cette réforme est faite dans l'intérêt des élèves eux-mêmes - on nous attaquerait désormais sur la faisabilité de cette réforme», s'agace d'abord Najat Vallaud-Belkacem.

Un an pour adapter les manuels scolaires

Et de clarifier ce point : «Les éditeurs savent qu'ils ont un an pour rédiger les manuels scolaires provenant des nouveaux programmes ; ceux-ci seront définitivement adoptés en septembre et doivent entrer en vigueur en septembre 2016.» Il arrive régulièrement que, d'une année à une autre, des améliorations soient apportées aux manuels. Cette année toutefois, les professionnels devront revoir toute la structure des livres, voir intégrer plusieurs disciplines dans un même manuel.

Récurrente, la question de la survie des langues mortes n'était pas totalement absente du débat. La ministre a du revenir sur les craintes d'une disparition du latin et du grec, émises par des enseignants et des politiques, de droite et quelques uns de gauche, à l'instar de Jack Lang. «Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 15 mai 2015 à 09:26

    Qu'elle se titille si elle en a envie, mais il vaudrait mieux qu'elle ne fasse rien en ce qui concerne l'école : tous ces incapables ne font que détruire ce qui fonctionne. Les réformes ne font que rajouter à la destruction.

  • janaliz le jeudi 14 mai 2015 à 21:45

    Cette locution maltapropos confirme que cette brave dame souffre d'un déficit de quelque chose. Charge à chacun de savoir quoi...

  • M4484897 le jeudi 14 mai 2015 à 19:34

    Que peut t'il advenir d'autre a notre pays avec un gouvernement d'origines aussi diverses et a l'intégration illusoire?

  • M4484897 le jeudi 14 mai 2015 à 19:28

    Avec le majeur mouillé

  • frk987 le jeudi 14 mai 2015 à 18:00

    Certes NON, ce n'est pas à l'inspiration du moment mais une mise à sac volontaire et délibérée de la culture française, je dirais crime AVEC préméditation.

  • bordo le jeudi 14 mai 2015 à 17:55

    J'ajoute que l'expression qu'elle emploie montre dans quelle estime elle tient ses contradicteurs : non, elle n'est pas accusée de manque de préparation et d'absence de professionnalisme, mais de volonté destructrice de l'éducation nationale et de vouloir passer en force en imposant ses idées haineuses et égalitaristes.

  • bsdm le jeudi 14 mai 2015 à 17:54

    recalée deux fois au concours de l'ENA qui n'est pourtant pas tres selectif !!!

  • bordo le jeudi 14 mai 2015 à 17:52

    Non elle n'agit pas au "petit doigt mouillé" mais avec idéologie, sectarisme et volonté destructrice. L'icône des idéologues de Terra Nova qui prônent le,remplacement du peuple actuel enraciné par un peuple nouveau acculturé et livré au bon vouloir de ses nouveaux maîtres.

  • charleco le jeudi 14 mai 2015 à 17:49

    ça fait rire, alors, les commentaires sont censurés...