Réforme du collège : Vallaud-Belkacem l'assumera «sans jamais faillir»

le , mis à jour à 10:32
5
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem l'assumera «sans jamais faillir»
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem l'assumera «sans jamais faillir»

L'UMP en a fait son nouveau cheval de bataille, espérant mobiliser autant que contre le «mariage pour tous» ou les rythmes scolaires. Mais Najat Vallaud-Belkacem tient bon sur sa réforme du collège. Ce jeudi encore, la ministre de l'Education l'assure : «Je l'assumerai de toutes mes forces sans jamais faillir face à ceux qui ne proposent rien.»

La veille, quelque 150 parlementaires UMP et UDI ont adressé un courrier à François Hollande lui demandant le retrait de la réforme, jugée comme «un naufrage» pour la nation. Le président de la République leur a immédiatement opposé une fin de non-recevoir.

En finir avec les «classes élitistes»

Une nouvelle fois ce jeudi, la ministre s'efforce de faire l'explication de texte de son très controversé projet pour en finir, dit-elle, «avec les classes élitistes», au nom de l'«égalité des chances». Sur Radio Classique et LCI, Najat Vallaud-Belkacem répète que les cours de latin et de grec ne seront pas supprimés mais intégrés dans une matière globale «accessible à toutes les élèves» et plus seulement à «un petit groupe dont les parents ont les codes».

>>> QUESTION DU JOUR. Réforme du collège : êtes-vous inquiet pour l’avenir du latin à l’école ?

A plusieurs reprises cette semaine, la ministre avait expliqué qu'elle estimait que les options sont actuellement organisées de façon à ce que certains élèves puissent se retrouver dans des classes plus favorisées en choisissant par exemple de faire du latin ou en intégrant une «classe européenne». Ces dernières doivent disparaître au profit de l'apprentissage généralisé d'une deuxième langue dès la 5e.

«Sarkozy n'a aucune leçon à donner en matière d'éducation»

Et d'insister cette fois encore : «Le collège va mal, est en souffrance. On a créé des îlots de bien-être pour quelques collégiens. (...) Le collège actuel, c'est un collège d'où un élève sur quatre sort sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danielk6 le jeudi 7 mai 2015 à 14:45

    et les cousins délinquants que fait t'elle !!!

  • ppetitj le jeudi 7 mai 2015 à 12:27

    "Sans jamais faillir"...Comme pour sa candidature à Lyon qu'elle a abandonner car si elle était battue elle aurait du démissionner de son poste de ministre...MDR

  • m.bouil4 le jeudi 7 mai 2015 à 11:31

    Cette réforme est emblématique de la volonté de nivellement. Même à gauche, des voix s'élèvent pour contrer ce projet. En plus la ministre fait dans la grandiloquence ridicule.

  • M3866838 le jeudi 7 mai 2015 à 10:55

    Encore une réforme de gauche. Il y a des choses qui marchent mieux que d'autres, supprimons ce qui marche au nom de l'égalité.

  • kurki le jeudi 7 mai 2015 à 09:35

    "dans une matière globale", on parlera aux élèves de l'EXISTENCE de vieilles langues, le latin et le grec, mais ils ne l'APPRENDRONT pas !