Réforme du collège : Vallaud-Belkacem contre-attaque

le
1
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem contre-attaque
Réforme du collège : Vallaud-Belkacem contre-attaque

Najat Vallaud-Belkacem n'a pas fait la sourde oreille face aux défenseurs de la langue de Goethe. La ministre de l'Education assure ce dimanche avoir «entendu les inquiétudes» qui planent sur l'enseignement de l'allemand en raison de la réforme des collèges et va charger un délégué ministériel de veiller à la «promotion» de cette langue, dans un entretien au JDD.

«Parce que j'ai entendu les inquiétudes, je fixerai des objectifs très ambitieux aux recteurs», affirme Najat Vallaud-Belkacem au Journal du dimanche. Le nombre d'élèves apprenant l'allemand devra ainsi passer en 2016 de 178.000 à 200.000 en primaire et de 487.000 à 515.000 au collège, détaille-t-elle, reprenant des chiffres dévoilés jeudi par François Hollande.

«J'ai aussi décidé de nommer un délégué ministériel à la promotion de l'allemand qui sera chargé d'y veiller», ajoute la ministre sans plus de précision.

De très nombreuses voix, dont Jean D'Ormesson dans une tribune dénonçant «les Attila de l'éducation» publiée par Le Figaro, se sont élevées en Allemagne comme en France pour s'alarmer des conséquences de la réforme des collèges sur l'enseignement de l'allemand avec, en particulier, la suppression des sections européennes et des classes bilangues.

«Croyez-moi, si la réforme du collège était ce monstre que certains se plaisent à décrire s'apprêtant à faire disparaître le latin, le grec et l'allemand, je serais la première à m'élever contre. Mais c'est totalement faux. Je ne doute pas que ceux qui font aujourd'hui cette erreur d'analyse sauront la reconnaître lorsqu'ils auront enfin lu les textes», a répondu Najat Vallaud-Belkacem. 

«Cette réforme du collège doit s'appliquer à la rentrée 2016»

La réforme du collège - contre laquelle l'UMP est vent debout, dénonçant un «nivellement par le bas» - doit permettre notamment de débuter l'apprentissage d'une deuxième langue en 5e, un an plus tôt ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le dimanche 10 mai 2015 à 09:25

    Premier recul ça prouve que ces nouveaux programmes sont mauvais, ou est sa belle autorité devant les parlementaires ou elle assurait qu'elle irait jusqu'au bout de sa réforme? Pourquoi Hollande a-t-il été obligé d'intervenir personnellement? Est-elle à la hauteur dans ce ministère cette donneuse de leçon qui se permet de cataloguer de pseudos intellectuels de véritables intellectuels ce qu'elle n'est pas!!!