Réforme du collège : «Une catastrophe», pour Marine Le Pen

le
0
Réforme du collège : «Une catastrophe», pour Marine Le Pen
Réforme du collège : «Une catastrophe», pour Marine Le Pen

A son tour, Marine Le Pen déclare ne pas vouloir de la réforme du collège, par la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem. Dans une lettre adressée aux «collèges de France», la présidente du Front national dénonce une «catastrophe pédagogique» et dit proposer des solutions pour «redresser notre école», notamment «la suppression du collège unique». 

«La réforme du collège votée par le Conseil supérieur de l'éducation constitue véritablement une catastrophe pédagogique qui hypothèque l'avenir de nos enfants», écrit Marine Le Pen. S'adressant aux «proviseurs, professeurs et personnels de l'éducation», la présidente frontiste considère que «le point le plus consciencieusement dissimulé par le gouvernement, et certainement le plus dangereux, est la diminution massive des heures de cours consacrées aux enseignements disciplinaires». 

>>>Réforme du collège : distinguer le vrai du faux

Selon elle, «486 heures d'enseignements disciplinaires sont perdues sur le cursus complet du collège, une véritable hécatombe», à raison de «72 heures» en 6ème, «36 heures» en 5ème, «144 heures» en 4ème et «un record absolu de 234 heures» en 3ème. 

«Il faut ajouter à ce constat dramatique le flou sur la définition des matières dans le texte même de la réforme, qui laisse place à un empiétement généralisé sur les enseignements fondamentaux : l'exemple le plus flagrant est celui des heures de mathématiques, sur lesquelles on ajoute de manière totalement aberrante un apprentissage de la programmation informatique dès la 6e», déplore-t-elle.

«Suppression en douce du latin»

Marine Le Pen regrette également que la réforme s'effectue «au profit d'une interdisciplinarité toujours plus idéalisée, mais toujours plus abstraite dans son fonctionnement». «Nous nous refusons à cette logique», écrit-elle. «Autres forfaitures contenues dans le texte : la suppression en douce du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant