Réforme du collège : le fiasco québécois

le
0
La version québécoise de la réforme du collège a été un échec : un rapport préconise un retour aux bonnes vieilles méthodes.
La version québécoise de la réforme du collège a été un échec : un rapport préconise un retour aux bonnes vieilles méthodes.

Elle s'appelait le « Renouveau pédagogique ». La politique éducative lancée au Québec en 1997 et mise en place en 2005 n'a pas apporté les résultats escomptés, loin de là. L'objectif affiché était pourtant fort louable : permettre aux garçons et aux élèves en difficulté de mieux réussir, et diminuer le décrochage scolaire. Son principe reposait sur l'approche par compétences, l'interdisciplinarité, l'introduction de « domaines généraux de formation qui font référence aux enjeux sociaux actuels » (« Santé et bien-être, Orientation et entrepreneuriat, Environnement et consommation, Médias ainsi que Vivre-ensemble et citoyenneté », des intitulés proches de ceux des Enseignements pratiques interdisciplinaires mis en place en France à la rentrée prochaine)?

Un argumentaire qui ressemble à s'y méprendre à la réforme du collège française, dont les mots-clefs sont identiques. Dans l'Hexagone, la réforme annoncée est largement décriée : nivellement par le bas, fin annoncée de la plupart des classes bilangues et européennes, affaiblissement de l'enseignement des langues anciennes, interdisciplinarité imposée au détriment des enseignements disciplinaires purs? Autant d'arguments brandis par ses nombreux détracteurs, qui s'appuient désormais de plus en plus sur l'expérience québécoise pour tenter de faire reculer le ministère.

Résultats en baisse et hausse des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant