Réforme du collège : l'épreuve du feu pour Najat Vallaud-Belkacem

le , mis à jour à 07:22
1
Réforme du collège : l'épreuve du feu pour Najat Vallaud-Belkacem
Réforme du collège : l'épreuve du feu pour Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem seule contre tous ? Certainement pas. Ce qui ne veut pas dire qu'elle n'a que des amis dans son propre camp. La ministre de l'Education est d'abord solidement soutenue par le président de la République et par le Premier ministre. François Hollande lui a publiquement apporté son appui dès le 6 mai : « J'entends le concert des immobiles, ce sont souvent les plus bruyants, ceux qui, au nom de l'intérêt général supposé, défendent leurs intérêts particuliers. » Manuel Valls ne manque pas non plus une occasion de conforter sa ministre. « Face aux attaques dont elle était l'objet, le président et le Premier ministre ont réagi très vite et ensemble, c'est assez rare pour être noté », souligne-t-on à l'Elysée. « Dans l'ombre, son mari, Boris Vallaud, directeur de cabinet adjoint de Hollande, travaille aussi beaucoup pour elle », ajoute un conseiller.

«Ségolène est pour elle comme une maman bienveillante, mais pas complaisante »

« Lancée » par Ségolène Royal, dont elle fut l'une des porte-voix lors de la campagne présidentielle (perdue) de 2007, NVB, comme on la surnomme, peut encore compter sur la protection quasi maternelle de son ex-mentor. « Les liens ne se sont jamais distendus, Ségolène est pour elle comme une maman bienveillante, mais pas complaisante », indique un bon connaisseur du courant Royal. Au sein du gouvernement, la jeune ministre de l'Education (37 ans) a aussi trouvé un autre appui de qualité en la personne de Christiane Taubira, la ministre de la Justice. Outre leurs capacités à tenir dans la tempête, les deux femmes ont en commun d'essuyer depuis des années des torrents d'insultes souvent racistes sur les réseaux sociaux, quand ce n'est pas venant de certains rangs du monde politique.

Au sein même du PS, NVB reçoit un soutien plus mesuré. « Najat a toujours été en parallèle dans la vie du parti, explique un responsable. Elle est un peu inclassable. » A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 19 mai 2015 à 09:26

    La première réforme à faire: C'est que soit acquit par les enfants le socle des connaissances en fin de primaire!! en redonnant de l'autorité aux enseignants par leur présence à plein temps pour les titulaires de classe. la confiance des parents et des élèves passe par cette stabilité du professeur. Pour être un ou une titulaire de classe c'est le temps plein devant les enfants qui doit être exigé.