Réforme du collège : Jacob demande l'abrogation du décret

le
0
Réforme du collège : Jacob demande l'abrogation du décret
Réforme du collège : Jacob demande l'abrogation du décret

«Un acte politique brutal.» Voilà comment le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, qualifie la publication du décret sur la réforme du collège au lendemain d'une journée de grève. Or, «la brutalité en politique est l'arme des faibles», charge-t-il. «Vous le paierez cher», prédit Jacob à Manuel Valls, ce mercredi. 

Et de profiter de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée pour demander «l'abrogation» du décret et, comme il l'avait fait la veille, «la tenue dans les plus brefs délais d'un véritable débat démocratique, projet contre projet».  

«La publication ce matin du décret est une honte car cette publication affiche un double mépris: mépris des enseignants qui s'inquiètent de l'émergence d'un collège de la médiocrité, et mépris à l'égard de notre Assemblée où vous avez refusé la tenue d'un débat démocratique», fustige le député UMP de Seine-et-Marne.

VIDEO. Jacob charge Valls

«Oui, nous voulons réformer», rétorque Valls. «Et, poursuit le Premier ministre, c'est la raison pour laquelle nous avons décidé, avec avec le chef de l'Etat et la ministre de l'Education nationale, de publier ce décret, parce qu'il faut aller vite, parce qu'il faut former les enseignants pour préparer la rentrée 2016, il faut avancer parce que c'est utile.»

Valls tacle une «opposition frontale et stérile»

«J'ai la conviction profonde que l'immense majorité des Français attendent des changements et des réformes», assure encore le chef du gouvernement, qui accuse la droite de s'opposer «par démagogie» à une réforme qu'elle aurait «pu soutenir». Taclant une «opposition frontale et stérile», Valls dépeint ainsi le collège version UMP : «Une école de la sélection, qui supprime la deuxième langue vivante, qui tourne le dos au principe même de la République : l'égalité.»

«Le collège mérite mieux que votre réforme», relance le député UMP de la Drôme, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant