Réforme du collège : distinguer le vrai du faux

le
0
Réforme du collège : distinguer le vrai du faux
Réforme du collège : distinguer le vrai du faux

Entre les arguments des opposants à la réforme et ceux du ministère, on finit par ne plus savoir ce qui va changer. D’autant que ces évolutions portant sur les matières enseignées se couplent à une refonte des programmes, prévue elle aussi pour la rentrée 2016. Voici, en l’état actuel du débat, ce qu’il en est objectivement.

C'est vrai

Les classes bilangues vont être supprimées.  Les classes bilangues, qui concernent 16 % des élèves, permettent l’apprentissage de deux langues vivantes étrangères dès la 6e au lieu de la 4e. Elles vont quasiment disparaître à la rentrée 2016, maintenues seulement pour les enfants initiés au primaire à une autre langue que l’anglais. Même sort pour les sections européennes qui offrent aux collégiens de 4e et 3e des heures supplémentaires en langue. A la place, le ministère de l’Education rend obligatoire l’enseignement d’une seconde langue pour tous un an plus tôt, c’est-à-dire dès la 5e.

Le latin restera une matière à part entière. Dans la première mouture de la réforme, l’option latin (choisie aujourd’hui par 20 % des collégiens en classe de 5e) s’effaçait au profit d’un Enseignement pratique interdisciplinaire (EPI, voir le point n° 6) consacré aux « langues et cultures de l’Antiquité ». Face à la levée de boucliers des enseignants de langues anciennes, le ministère a finalement décidé de maintenir une option light latin, en plus de l’EPI, appelé « enseignement de complément ». Il s’agit d’une heure hebdomadaire en 5e et de deux heures en 4e et 3e, soit tout de même un volume horaire inférieur d’une heure par rapport à ce qui existe aujourd’hui.

L'enseignement de l'islam est et restera obligatoire. Les adversaires des futurs programmes comparent le caractère facultatif en classe de 5e du thème « Histoire de la chrétienté au Moyen Age » avec celui, obligatoire, de la naissance de l’islam. Sauf que l’enseignement de ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant