Réforme du code du travail : «Vite, tout de suite», demande Estrosi (LR)

le
0
Réforme du code du travail : «Vite, tout de suite», demande Estrosi (LR)
Réforme du code du travail : «Vite, tout de suite», demande Estrosi (LR)

D'ici le 9 mars, jour où le projet de loi sur la réforme du code du travail sera présenté en conseil des ministres, le débat promet d'être agité. La gauche est vent debout contre le contenu du texte de la ministre Myriam El Khomri. Les nouvelles réactions de ce samedi matin montrent que la droite, elle, est nettement plus favorable, et que les syndicats, eux, n'ont pas été convaincus par les propos de François Hollande. Vendredi soir sur France Inter, le président a assuré que «les salariés français ne verront aucun de leurs droits remis en cause.»

«Ce sont des mesures que la droite aurait peut-être dû appliquer plus tôt», selon Jean-François Copé. L'ancien patron de l'UMP juge sur France Inter que le projet de réforme du gouvernement «va dans le bon sens». «En l'état, ça correspond à une avancée qui va donner plus de liberté en France pour embaucher, s'adapter à la réalité économique», explique le député-maire de Meaux. «Je pense que ce sont de bonnes mesures (...) mais il faut aller plus loin, notamment sur le référendum d'entreprise», ajoute-t-il. Jean-François Copé souligne que «les pistes de Myriam El Khomri s'inspirent d'une grande partie des propositions» de la droite.

«Vite, tout de suite», implore Christian Estrosi. Le président les Républicains de la région Paca salue lui aussi le projet de réforme. Sur Europe 1, il appelle à ce qu'il aille rapidement au bout «et sans qu'il soit vidé de ses annonces avant son vote». «Ne restons pas au niveau d'un avant-projet de loi, que le projet de loi soit voté au Conseil des ministres et qu'il soit inscrit en urgence au Parlement», insiste-t-il alors que le débat doit commencer en avril à l'Assemblée. «A partir du moment où on répond à nos demandes, notamment en faisant sauter le bouchon des 35h, (...), je ne peux pas m'opposer bien évidemment à cette disposition», explique Christian Estrosi, soulignant toutefois qu'il veut rester «prudent» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant