Réforme du Code du travail : les syndicats au pied du mur

le
0
Réforme du Code du travail : les syndicats au pied du mur
Réforme du Code du travail : les syndicats au pied du mur

La semaine qui s'ouvre sera décisive. En quatre jours, tout peut basculer et la grogne contre les ordonnances réformant le Code du travail s'étendre.

 

Ça commence ce lundi à FO, où Jean-Claude Mailly n'a jamais été autant contesté, surtout depuis qu'il a été décidé vendredi en interne -- contre son avis -- d'une journée de mobilisation. Alors que le patron du syndicat est vertement critiqué pour ses positions modérées sur la loi Travail, la direction doit arrêter ce lundi les modalités de la journée d'action. Une chose est sûre : elle se tiendra avant le 20 novembre, date à laquelle le projet de loi de ratification des ordonnances doit passer en première lecture à l'Assemblée. « Nous allons lancer un appel mais il n'y a aucun problème de fond chez nous, tempérait hier Jean-Claude Mailly. Ces débats sont courants dans la vie démocratique de notre organisation syndicale qui a toujours fonctionné de manière décentralisée. Seule une minorité exprime son mécontentement », veut-il croire.

 

A la CFDT aussi, ça chauffe

 

L'écart se creuse entre la base et la direction du syndicat CFDT et où de nombreux militants ont pris part aux manifestations du 12 et du 21 septembre, contre la volonté de leur secrétaire général, Laurent Berger. Les ordonnances seront au centre des discussions demain : le syndicat réformiste organise, au Paris Event Center, un grand rassemblement où sont attendus 10 000 militants sur le thème officiel du « progrès en tête »... mais où il sera surtout question de la réforme du Code du travail.

 

Le même jour au ministère des Transports, une réunion sous haute tension va se tenir entre la ministre Elisabeth Borne et les syndicats de routiers bien décidés à en découdre. « La CFDT et la CFTC doivent rejoindre le mouvement, alerte Sandy Penne, représentant syndical de la CGT qui a lancé un appel à la grève reconductible depuis le 25 septembre. Les informations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant