Réforme du Code du travail : les discussions entre gouvernement et syndicats commencent

le
1
Réforme du Code du travail : les discussions entre gouvernement et syndicats commencent
Réforme du Code du travail : les discussions entre gouvernement et syndicats commencent

Après plusieurs tours de chauffe, le ministère du Travail et les partenaires sociaux se mettent en ligne pour le sprint. Une course de vitesse de trois mois qui doit conduire le gouvernement à la publication des ordonnances réformant le Code du travail avant «la fin de l'été», le 21 septembre.

 

Ce lundi matin, les choses sérieuses commencent. C'est le début d'une série de 48 réunions entre le cabinet de Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, et les syndicats. A l'ordre du jour : l'articulation de l'accord d'entreprise et de la convention de branche, l'objectif étant de donner plus de liberté aux patrons pour définir les règles. La CFDT ouvre le bal à 8h15, suivie deux heures plus tard par FO, puis par le Medef en fin d'après-midi. Jusqu'à jeudi, les négociateurs des autres organisations -- CGT, CFE-CGC, CFTC côté salariés, CPME et U2P côté employeurs -- seront reçus un à un par Antoine Foucher, le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud.

 

La semaine passée, les révélations du «Parisien» - «Aujourd'hui en France», puis celles de «Libération», sur les pistes étudiées par l'exécutif pour réformer le Code du travail avaient mis le feu aux poudres. Soucieuse de désamorcer la polémique, Muriel Pénicaud avait assuré qu'elle n'avait «pas de plan caché» et que les documents rendus publics n'étaient pas «officiel[s]». Les rendez-vous ne devraient pas permettre de lever le doute qui pèse sur les véritables intentions du gouvernement. «Il n'y aura pas de texte définitif sur la table, détaille Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO. Ce sont des réunions très techniques, le ministère va tester des choses et de notre côté nous allons faire des demandes.»

 

A LIRE AUSSI>

Réforme du code du travail : «Le gouvernement avance masqué», pour Martinez

 

Les syndicats patronaux pas tous d'accord

 

Même analyse côté Medef : «Nous ne verrons que des bouts de textes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 8 mois

    Il voulait certainement dire : "l'enfumage commence".... Allez bon courage les sans dents.