Réforme du Code du travail : Gattaz joue la retenue

le , mis à jour à 08:55
6
Réforme du Code du travail : Gattaz joue la retenue
Réforme du Code du travail : Gattaz joue la retenue

Pas question de donner l'impression que la bataille est gagnée. Au dernier étage de son bureau au siège du Medef, avenue Bosquet (Paris VIIe), le président de l'organisation patronale, Pierre Gattaz, joue la retenue. Jeudi, jour J du lever de rideau sur les ordonnances modifiant le Code du travail -- et dans la foulée de l'université d'été du Medef qui s'ouvre ce mardi matin à Jouy-en-Josas (Yvelines) --, le patron des patrons sera fixé sur l'intensité de la volonté réformatrice du président de la République, Emmanuel Macron.

 

LIRE NOTRE ENTRETIEN EXCLUSIF

> Pierre Gattaz : «La réforme, c'est maintenant»

 

Il y a un an, le 30 août 2016, jour où il avait claqué la porte du gouvernement Valls, Emmanuel Macron avait été la coqueluche de nombre d'adhérents du Medef présents sur le campus de HEC. Pierre Gattaz ne tarissait pas d'éloges à l'époque sur ce « bon ministre de l'Economie », réputé fin connaisseur de la maison Medef. Sera-t-il aussi élogieux en fin de semaine ? Cette année, contrairement à la tradition, ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe ne se rendront au grand raout du Medef, qui réunit près de 7 500 chefs d'entreprise. Dans un contexte social tendu, l'exécutif n'entend pas ajouter de l'huile sur le feu : une ovation debout d'un parterre patronal tout acquis aurait fait grincer les syndicats !

 

De nombreuses questions restent posées

Dans les couloirs du Medef, on ne s'en offusque d'ailleurs pas. Bien au contraire. « A sa place, on n'y serait pas allés non plus... » lâche même, avec un sourire entendu, Pierre Gattaz. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, ne fera pas non plus partie des douze ministres et secrétaires d'Etat diligentés pour représenter le gouvernement. De nombreux signaux ont déjà été envoyés en direction du patronat depuis plusieurs semaines.

 

D'abord, le fil d'Ariane de la réforme reprend presque à la perfection les fondamentaux de toujours du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cymrich il y a 4 mois

    @lorant21 il y a le pin's du MEDEF pour les 1 millions d'emplois ^^. Quelle belle mascarade!! Les PDG syndiqués au MEDEF n'ont aucun intérêt à ce qu'il y est le plein emploi et que du coup les salariés commencent à demander à être augmenté ou à claquer la porte.

  • loco93 il y a 4 mois

    et certains autres, tellement ils sont conditionnés qu'ils croient au messie. N'est ce pas lorant21?

  • Cymrich il y a 4 mois

    Le château à 11M, le château à 11M... Défendons ces pauvres patrons face aux méchants ouvriers sales et illettrés!! Voter MEDEF!!

  • queb63 il y a 4 mois

    Gattaz où est votre Million d'emploi dans la restauration avec la baisse de TVA? On sent que vous avez du être rejeté et que vous avez un déficit affectif que vous exprimez par l'envie du retour à l'esclavage. Mais le Monde peut être créateur de valeur avec une meilleure répartition des richesses, ne restez pas coincé 2000 ans dans le passé, venez avec nous dans le futur ou l'Humain est au centre et non l'Argent.

  • lorant21 il y a 4 mois

    le problème n'est pas de savoir si on est de droite ou de gauche mais si on souhaite voir baisser le nombre de chômeurs et voir l'économie francaise se redresser et redevenir compétitive. Manifestement, cher Loco93, certains ne le souhaite pas.

  • loco93 il y a 4 mois

    Le Medef (Gattaz) défend les intérêt économiques et financiers des multinationationales et les syndicats défendent les conditions de travails de travail des salariés. Voyons si ce gouvernement est plutôt de gauche ou de droite, le chef de l'Etat s'étant déclaré comme le candidat de l'anti systéme pendant la campagne présidentielle... mdr!