Réforme des rythmes scolaires : quatre maires sur cinq se disent satisfaits

le
3
Réforme des rythmes scolaires : quatre maires sur cinq se disent satisfaits
Réforme des rythmes scolaires : quatre maires sur cinq se disent satisfaits

Dans une enquête de l'Association des maires des France (AMF), quatre maires sur cinq ayant appliqué les nouveaux rythmes scolaires dès la rentrée 2013 se disent satisfaits, tout en se plaignant de «la grande complexité de mise en oeuvre de la réforme» et de son coût pour les finances locales. Cette enquête, qui devait être présentée mercredi au congrès des maires réuni porte de Versailles à Paris, a été menée auprès des 3 852 communes ayant décidé d'adopter la réforme en septembre dernier. Plus de 1 100 réponses, représentatives des communes de toutes tailles, ont été analysées par l'association.

Quelque 83 % des communes se disent satisfaites (60 % «plutôt satisfaites», 23 % «tout à fait satisfaites») de la mise en oeuvre de cette réforme, 17 % ne le sont pas. Le bilan est beaucoup plus mitigé dans les communes de taille moyenne (30 000 habitants) concernées par la réforme (seulement 9), où 45 % des parents ne sont pas satisfaits, selon les maires.

Des difficultés dans le financement et la pratique

Plus de trois communes sur quatre (77 %) rapportent néanmoins avoir eu des difficultés pour financer la réforme. Plus de six sur dix estiment dépenser entre 100 et 200 euros par enfant et par an, un coût non répercuté sur les familles puisque 80 % des communes concernées ont opté pour la gratuité des activités péri-scolaires mises sur pied. Au vu des réponses, «150 euros est globalement un coût médian», estime l'AMF.

Pour mettre en oeuvre la semaine de 4,5 jours, «plus de la moitié» des communes ont recruté des animateurs, une proportion qui atteint les deux tiers dans les communes urbaines. Mais «près de 40 % disent avoir eu des difficultés à recruter des animateurs.» Cela a été moins souvent le cas en milieu rural, beaucoup de maires ruraux rapportant avoir été «seuls sur leur secteur» à avoir appliqué la réforme. De même, sur le plan pratique, environ la moitié des communes a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le jeudi 21 nov 2013 à 10:17

    Ma feuille d'impôts est loin, mais très loin d'être un fantasme....... Mais je ne polémique pas avec des endoctrinés. Notre équipe de bras cassés sévit encore. Le zéro : la réforme en 2015... Le pingouin : çà prendra le quinquennat..... Ils sont très rigolos nos 2 c l o w n s... Sans parler des augustes de Bercy qui ne sont au courant de rien..... Une équipe de jean fou tre...(post bis)

  • Ba78 le mercredi 20 nov 2013 à 18:48

    Hé oui..Normal, c'est une bonne réforme qu'il fallait faire. La démonstration que ce que tente de faire croire l'opposition en présentant cela comme une révolte générale est juste inexact. Sur cela et sur le reste. François Hollande redresse et réforme la France, le reste est juste un fantasme.

  • janaliz le mercredi 20 nov 2013 à 16:20

    Simple question totalement anodine... Combien de maires sensibilité gauchisante sur les 36000 communes, histoire de vérifier le 80/20. Il faut nous expliquer comment on peut autoriser l'état à travers la réforme de l'entêté Peillon à désengager l'état de ses tâches régaliennes sur l'école en mettant à la charge des communes ce qu'il ne peut plus assurer.