Réforme des rythmes scolaires: de nouveaux couacs

le
1
Le Conseil d'État a rejeté le projet de décret visant à permettre un assouplissement des taux d'encadrement périscolaires pour des raisons de sécurité.

Le Conseil d'État a rejeté le projet de décret visant à permettre un assouplissement des taux d'encadrement périscolaires dans le cadre d'un projet éducatif territorial, selon le Journal de l'animation. Et ce pour des raisons de sécurité! Selon la circulaire du 20 mars 2013, l'organisation d'activités périscolaires permet de bénéficier d'aménagements des conditions d'encadrement: un animateur pour 14 mineurs (au lieu de 10 prévus par l'actuelle réglementation) pour les enfants de moins de six ans; un animateur pour 18 mineurs au plus (au lieu de 14 prévus par l'actuelle réglementation) pour les enfants de six ans et plus. Cette mesure prise par le gouvernement vise à diminuer le coût de ces activités pour les communes.

Le Conseil d'État a rejeté le projet de décret pour des raisons de sécurité: «On ne peu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le lundi 10 juin 2013 à 13:18

    Pan sur le nez ! Ouille...