Réforme des rythmes scolaires : chronique d'une révolte programmée

le
2
Malgré le malaise ambiant, aucune réécriture du décret n'est envisagée dans l'entourage de Vincent Peillon (ici à Bourges, en février).
Malgré le malaise ambiant, aucune réécriture du décret n'est envisagée dans l'entourage de Vincent Peillon (ici à Bourges, en février).

C'est à se demander qui est satisfait de cette réforme. Où sont les pontes de l'académie de médecine et les enseignants qui assuraient que les enfants avaient besoin de changer de rythme ? Où sont les chronobiologistes, ces fameux spécialistes qui promettaient monts et merveilles à ceux qui voulaient bien écouter leurs arguments en faveur de la semaine de 4,5 jours ? Aujourd'hui, leurs voix sont peu à peu devenues inaudibles, dépassées par les décibels hurlants de la foule qui gronde. Le bruit s'amplifie chaque jour. Les réseaux sociaux bruissent de complaintes : la grogne monte sur Facebook, à l'image du groupe "Rythmes scolaires : arrêtez le massacre", et sur Twitter qui relaie régulièrement les dernières initiatives des "anti" sous le hashtag "rythmes scolaires" (il recense au plus fort de la journée près d'un tweet par minute). "Excès de pression sur les enfants" (Peillon)

Rares sont les parties concernées qui ne se sentent pas victimes de la réforme. À commencer par les élèves bien sûr qui, selon les dires de leurs parents, sont exténués et déboussolés par les "ruptures de charge" que constituent des semaines aux rythmes hachés. Depuis la rentrée, un écolier français sur cinq voit ses activités et ses interlocuteurs se succéder selon un déroulé différent chaque jour. "Les enfants ont perdu tout repère : le lundi, l'école se termine à 16 h 30, le mardi à 15 heures, le mercredi à 11 h 30... Ils ne savent pas s'ils...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mercredi 2 oct 2013 à 09:23

    Lorsque j'étais gamin , c'était cours de 8H00 à 12H00 14H00 à 18H00 et après étude jusqu'à 19H30 et ce 5 jours par semaine , cela ne nous dérangeait pas !

  • M6695204 le mercredi 2 oct 2013 à 09:19

    Depuis des décennies tout le monde sait....que le bon rythme est:sept semaines de cours et deux semaines de vacances et pour ce qui est de la semaine mercredi libre afin que l'enfant puisse puisse dormir un matin dans cette semaine;Les plus grands opposant à tout changement restent évidement comme toujours les syndicats d'enseignants.Vive la gauche bientôt il ne restera plus rien à démolir alors alors ils sortiront leur kleenex en accusant la société de ne pas leur donner assez de moyens