Réforme des retraites : où en est-on ?

le
6
Après avoir été retoqué au Sénat, le texte retourne à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale en commission des Affaires sociales. Dans le même état que l'avait laissé les députés.

La réforme des retraites continue son tortueux chemin législatif. Le projet de loi, qui prévoit de rallonger de 41,5 à 43 ans la durée de cotisation entre 2020 et 2035, a été retoqué à l'unanimité la semaine dernière au Sénat. Les socialistes n'y possèdent en effet pas de majorité sans les communistes et les Verts, opposés au gouvernement au sujet des retraites. Le projet de loi est donc revenu mardi à l'Assemblée en deuxième lecture. Plus précisément, il a été examiné par la commission des Affaires sociales, et arrivera dans l'hémicycle le 19 novembre.

Les élus n'ont planché que trois heures environ sur le sujet et seuls cinq amendements ont été adoptés, sur des points de détail. Comme le projet de loi n'a pas passé l'étape du Sénat, il était revenu sur les tables des députés identique à celui qu'ils avaient envoyé au à la Haute assemblée. Les membres socialistes de la commission des Affaires sociales n'ont donc, en toute logique, pas modifié le texte en profondeur.

Les grands équilibres de la réformes restent donc les mêmes. Le régime général des retraites sera comblé à hauteur de 7 milliards d'euros, d'ici à 2020. Pour ce faire, les cotisations employeur et salariés seront augmentées de 0,3 point. Les retraités seront les plus mis à contribution. D'abord par un mini-gel de six mois des pensions, qui ne seront pas revalorisées le 1er avril l'année prochaine mais le 1er octobre. Les plus basses retraites en seront toutefois exemptées. Les majorations de pensions attribuées aux retraités ayant eu trois enfants ou plus seront, de plus, fiscalisées. Outre ces mesures de sauvetage financier des caisses de retraite et l'allongement de la durée de cotisation après 2020, le gouvernement a inventé le compte pénibilité. Ce mécanisme vise à prendre en compte la pénibilité au travail dans le calcul des retraites, via un système de points.

Navette parlementaire

Après la seconde lecture à l'Assemblée nationale, le projet de loi sur les retraites retournera au Sénat, avant de revenir à l'Assemblée nationale si, comme on peut s'y attendre, il est à nouveau retoqué par la Haute assemblée. Cette navette parlementaire devrait être rapide, les amendements déposés devraient se compter sur les doigts de la main. Question: la réforme passera-t-elle in extremis, avec seulement dix voix d'avance, comme cela avait été le cas en première lecture à l'Assemblée nationale? En tout état de cause, la réforme devrait être définitivement adoptée avant la fin de l'année.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Urfee le jeudi 28 nov 2013 à 09:23

    Il faut trouver 35 milliards d'euros dans les poches des salariés du privé pour financer leur propre retraite et celle des régimes spéciaux, lesquels ne sont pas concernés par la réforme "juste" de jean-marc Blaireau !

  • quibe le mercredi 27 nov 2013 à 10:44

    C'est vrai, il faut avoir l'esprit de justice et l'esprit Républicain ... les salariés du privé doivent payer les 35 milliards d'euros qui manquent dans les caisses de ceux qui ne savent que dépenser !

  • Urfee le mercredi 27 nov 2013 à 08:21

    Vous ne savez pas gérer votre argent . . . vous ne savez pas vivre en bonne santé . . . vous ne savez pas être heureux . . . mais les socialistes sont là pour dépenser l'argent que vous avez gagné, pour creuser le trou de la Sécu, pour faire votre bonheur, à votre place ! Merci Qui ?

  • Urfee le lundi 18 nov 2013 à 17:28

    Le seul qui ne peut pas faire pire que François Pays-Bas, c'est Serge Le Lama !

  • Urfee le samedi 16 nov 2013 à 17:15

    Il ne faut pas se moquer des socialistes ! Il est interdit de rire ! Sinon Christiane va gronder ! Il faut garder l'esprit républicain ! sinon Jean-Marc ne sera pas content !

  • fbordach le mercredi 13 nov 2013 à 11:44

    Une réforme? Non quelques mesurettes et un peu de poudre aux yeux mais rien de très performant... Ceci dit nos politiques s'en moquent, ils ne seront plus au manche en 2025...