Réforme des retraites: les patrons remontés

le
4
Les petits patrons, qui espéraient une refonte ambitieuse du système de retraite, sont déçus. La simple augmentation des cotisations sociales leur paraît un «mauvaise coup» porté aux entreprises.

Alors que le dossier des retraites arrive sur la table du conseil des ministres ce mercredi, le dernier baromètre Ifop-Fiducial révèle un décalage entre les mesures proposées par le gouvernement et les attentes des patrons de petites entreprises, professions libérales, artisans, commerçants.

Selon le dernier baromètre Ifop-Fiducial, 71% d'entre eux sont opposés à l'augmentation des cotisations sociales, pourtant une voie empruntée par le gouvernement. «C'est un mauvais coup porté aux entreprises dans une période économique difficile», affirme Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial. «Les petits patrons sont déjà asphyxiés par les impôts et les charges sociales, qui sont des freins à l'embauche et au développement. Alors, quant ils voient arriver une hausse de cotisations, même modeste, ils sont exaspérés».

Loin de se recroqueviller sur un système, qu'ils jugent à bout de souffle pour 76% d'entre eux, et même «inéquitable» à 70%, les petits patrons auraient souhaité un vrai changement et une remise à plat beaucoup plus ambitieuse du système. Ils sont 56% à se prononcer pour une refonte complète du système, et seulement 7% à estimer que le modèle social doit être conservé en l'état en trouvant des solutions de financement.

Niveau d'optimisme pour l'avenir du modèle social extrêmement bas

Parmi les axes de réforme suggérés, 89% sont favorables à des systèmes favorisant la prise de retraite progressive, avec le maintien d'une activité à temps partiel. 73% se prononcent pour la fusion entre les régimes de retraites existants. 69% d'entre eux souhaitent un régime de retraite unique pour l'ensemble des actifs. 69% sont disposés à consentir à un nivellement des pensions des plus aisés pour augmenter les petites retraites. 60% déclarent être favorables à un recul de l'âge du départ de la retraite au-delà de 62 ans et dans une moindre mesure, 54% à un allongement de la durée de cotisation au-delà des 42 annuités déjà prévues pour 2020 (ceux-ci préconisent un rallongement de la durée de 2,9 années).

La perception des différentes prestations est, elle, plus mitigée lorsque l'on aborde le remboursement des frais de santé (55% de satisfaits), les indemnités chômage (51%) et la politique familiale (50%). La perception des allocations versées pour les retraites est plus négative puisque 70% des patrons estiment leur niveau insatisfaisant. Ces jugements s'accompagnent d'un niveau d'optimisme pour l'avenir du modèle social extrêmement bas (17%).

Au final, les petits patrons sont très remontés contre «une réforme a minima». Ils réclament des baisses de charges, et de cotisation, afin d'alléger le coût du travail. Et renvoient à l'État l'obligation de tailler dans ses dépenses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le mercredi 18 sept 2013 à 13:24

    Emploioutai ... un pastiche de la super chanson de Stromae (à écouter .. Par ceux qui pensent ue la loi Taubira ne pose pas de problème ... avec des enfants sans père !).http:/ /www.youtube.com/watch?v=M2lsvjzdQTw (retirer l'espace entre les deux /).

  • M4358281 le mercredi 18 sept 2013 à 11:20

    Fallait pas s'étonner ..! c'est encore plus nul que ce qu'on avait prévu .." il manque de l'argent ..et hop on augmente les prélèvements .."exactement ce que l'on a fait depuisle départ ..!

  • lorant21 le mercredi 18 sept 2013 à 10:49

    @phillrug. le but est de défendre les privilèges des régimes spéciaux et des fonctionnaires. c'est atteint.

  • Phillrug le mercredi 18 sept 2013 à 09:38

    Les petits patrons travaillent jusqu'à 70 heures et + par semaine, prennent leurs retraites à plus de 65ans, sont loin d'avoir des salaires mirobolants, créent des emplois ( productifs ceux-là) et les salariés eux, avec 35 h/sem. et 5 semaines de congés payés, ne pourraient pas supporter de travailler jusqu'à 65 ou 67 ans ? de qui se moque-t-on !!