Réforme des retraites: ce qui va changer

le
4

Les principales mesures de la réforme Ayrault sont connues. Les décrets d'application sont publiés. Au programme : des efforts pour tous.

La réforme Ayrault des retraites, dont les décrets d'application viennent d'être publiés, modifie les conditions de départ à la ­retraite ainsi que la situation des retraités. Elle ne permettra toutefois que de combler un tiers du trou des régimes de ­retraite d'ici à 2020. Une nouvelle ­réforme devrait donc survenir d'ici là...

? Allongement de la durée de cotisation à partir de 2020

Face à la hausse de l'espérance de vie, le gouvernement n'avait d'autre choix que d'allonger le temps de travail nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein. Pour éviter le recul de l'âge légal de départ (62 ans), bombe sociale, il a préféré actionner le levier moins voyant de la durée de cotisation. Cette dernière passera de 41 ans et 6 mois à 43 ans en 2030. La première génération à en sentir les effets sera donc celle née en 1958, qui aura 62 ans à la fin de cette décennie.

? Le pouvoir d'achat des retraités amputé

Deux mesures viennent entamer, dès cette année, les revenus des seniors. D'abord, les majorations de pension bénéficiant aux parents de trois enfants et plus seront désormais soumises à l'impôt sur le revenu. Surtout, les pensions seront gelées durant six mois. Cette année, les retraités devront attendre le 1er octobre pour voir augmenter leurs pensions au rythme de la hausse des prix, et non plus le 1er avril comme c'était le cas jusqu'à présent. Pour une inflation de 0,9%, la perte s'élèverait à 81¤ sur 6 mois sur une pension de 1.500 ¤. Les pensionnés les plus modestes seront épargnés.

?  Hausse des cotisations retraite

Les cotisations augmenteront de 0,15 point pour les salariés dès 2014, puis de 0,05 point par an pendant 3 ans. Au total, elles augmenteront donc de 0,3 point d'ici à 2017. Les cotisations employeurs seront soumises au même régime, mais cette hausse sera compensée par une baisse des cotisations patronales au titre de la famille.

?  Le cumul emploi-retraite durci

Le cumul emploi-retraite, qui concerne 500.000 personnes, sera durci à partir du 1er janvier 2015. Les cotisations acquittées dans ce cadre ne pourront plus produire de nouveaux droits à la retraite. Jusqu'à présent, après avoir fait valoir ses droits à la retraite, un salarié peut reprendre une activité, d'autoentrepreneur par exemple. Les cotisations sur cette activité, qui ne sont pas collectées par la même caisse de retraite, génèrent de nouveaux droits. En revanche, si la personne cotise à la même caisse que celle qui lui verse sa retraite, il le fait à fonds perdus, sans que cela augmente ses pensions futures. A partir du 1er janvier 2015, les retraités cotiseront tous à fonds perdu s'ils travaillent.

?  Les droits des conjoints collaborateurs sécurisés

Les 100.000 conjoints de commerçants, d'artisans, de professions libérales, de chefs d'entreprise ou d'exploitants agricoles pouvaient perdre tout droit à la retraite en cas de divorce, de décès ou de départ à la retraite du conjoint. Dorénavant, ces assurés - en grande majorité des femmes - pourront s'affilier à l'assurance volontaire vieillesse pour ne pas perdre leurs droits.

? Des mesures en faveur des femmes

Il ne faut plus que 150 heures travaillées pour valider un trimestre, contre 200 heures auparavant. Ne sont prises en compte que les cotisations portant sur un revenu mensuel inférieur à 1,5 smic.

?  Départ anticipé en cas de travail pénible

C'est la grande nouveauté de cette réforme. A partir de 2015, un compte pénibilité ­permettra aux salariés exerçant dans des conditions physiquement difficiles ­(températures extrêmes, lourdes charges, ­travail de nuit, etc.) d'accumuler des points pour partir jusqu'à 2 ans plus tôt à la ­retraite, pour se reconvertir ou pour passer à temps partiel.

?  De modestes mesures en faveur des jeunes

Les jeunes pourront racheter des trimestres au titre des années d'études à prix cassé à partir de cette année. D'autre part, les étudiants pourront verser l'équivalent d'une cotisation de 300 ¤ par trimestre, dans la limite de 2 maximum, afin que leur stage soit pris en compte pour la retraite.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • idoine37 le mercredi 16 avr 2014 à 14:14

    à force de rogner sur le pouvoir d'achat des actifs et surtout des retraités, on se prépare à une baisse considérable du niveau de vie et des achats des "masses populaires". Nous courons vers une économie exsangue et donc nous allons devenir un pays en voie de sous-développement. merci qui??? les socialistes et apparentés

  • faites_c le lundi 7 avr 2014 à 09:43

    "A partir du 1er janvier 2015, les retraités cotiseront tous à fonds perdu s'ils travaillent." On voudrait encourager le travail au noir que l'on s'y prendrait pas autrement!

  • faites_c le lundi 7 avr 2014 à 09:42

    "A partir du 1er janvier 2015, les retraités cotiseront tous à fonds perdu s'ils travaillent."!!! C'est beau l'égalité selon les socialopes! Si j'étais auto-entrepreneur ou artisan, j'enverrais péter la caisse : pas de droits à retraite? pas de versements de cotisations!

  • jnussba5 le lundi 7 avr 2014 à 08:37

    quel courage !