Réforme des collèges : les profs déjà en grève

le , mis à jour à 06:52
6
Réforme des collèges : les profs déjà en grève
Réforme des collèges : les profs déjà en grève

Le serpent de mer de la contestation n'en finit pas de passer. Une semaine tout juste après la rentrée des classes, une partie des professeurs des collèges pourraient cesser le travail aujourd'hui, à l'appel d'une coalition de syndicats emmenés par la principale organisation des enseignants du secondaire, le Snes-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré), toujours arc-boutée contre la mise en œuvre de la réforme des collèges

 

Du côté des fédérations de parents d'élèves, on s'agace de cette grève précoce. « On peut comprendre que les enseignants sont à bout, ou inquiets, mais commencer l'année par une grève n'est pas compréhensible pour les familles », estime Liliana Moyano, la présidente de la fédération de parents d'élèves FCPE.

 

«C'est le moment où l'on fait connaissance avec les élèves, on n'a pas envie de démarrer sur une mauvaise image»

 

« Comment demander aux enfants de se remettre au travail si les adultes ne montrent pas l'exemple ? » renchérit Valérie Marty, son homologue de la PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), pour qui le mouvement d'aujourd'hui tient moins de la lutte que du « jusqu'au-boutisme ». La grève, annoncée avant même les grandes vacances, se veut le prolongement de quatre autres journées de mobilisation organisées pendant la précedente année scolaire. Le Snes reproche au gouvernement d'imposer de nouvelles méthodes pédagogiques, centrées sur des projets mêlant plusieurs disciplines, en même temps qu'il change d'un coup tous les programmes, du primaire à la 3e. « On veut montrer que l'on est loin du triomphalisme affiché par la ministre de l'Education sur la mise en œuvre de la réforme : sur le terrain, on est plutôt dans les faux-semblants, les choses ne se font pas vraiment », affirme Frédérique Rollet, la secrétaire générale du Snes-FSU.

 

La démonstration vaut-elle d'arrêter le travail ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 7 mois

    95000 "enseignants " ne sont jamais devant des élèves : pourquoi ???? des politiques ont été condamnés pour emplois fictifs , ces enseignants sont sans aucun doute des emplois fictifs dans des associations ou syndicats de G...... qui devraient être condamnés pour ces même motifs.

  • M7396450 il y a 7 mois

    Ritournelle, et bien allez lire les programmes, mes gamins on fait en 1 ere S certaines choses que j'ai étudié étant élève au collège......... vecteurs, par exemple ...ect......certaines choses que j'ai étudié en seconde se font en math sup!!!!!!! on peut être contre un réforme si on la juge néfaste ou pas?

  • M7396450 il y a 7 mois

    He Mr patate, furax , non, un je ne suis pas en grève, 2 je refais mes cours entièrement tous les 4 ans, nouveau prog ou pas, et dans l'année, je refais environ 30 % des cours car s'ils sont préparés à la maison ce n'est qu'après avoir été testés en classe qu'on peut les valider, donc il faut tjs les modifier , tu crois réellement qu'on peut se pointer devant des élèves avec des cours de 30 ans?

  • M1903733 il y a 7 mois

    C'est la ritournelle.

  • Typhon73 il y a 7 mois

    Il s'agit de nivellé le niveau des élèves vers le bas. PAI en pagailles pour assister les élèves avec difficultés. un profs pour 5 PAI en général sur 30 élèves. On "sacrifie" les 25 autres. Moins d'heures également de Math de Français. Bien, continuons ainsi. nous seront les cancres de l'Europe. Mais un peuple moins éveillé n'est-il pas plus malléable ?

  • s.thual il y a 7 mois

    Ce ne pouvait pas se faire pendant les vacances,,belle démonstration que l .intérêt direct des élèves passe au second plan...les congés avant tout.