Réforme des collèges : la violente charge de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem

le , mis à jour à 00:36
3
Réforme des collèges : la violente charge de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem
Réforme des collèges : la violente charge de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem

Nicolas Sarkozy charge Najat Vallaud-Belkacem dont il ne supporte visiblement pas la réforme des collèges. Le président de l'UMP, a affirmé que l'école de la République était «en danger», dénonçant, lors d'un meeting devant un millier de personnes aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), cette réforme comme «désastreuse pour notre République». L'ex-chef de l'Etat s'est montré virulent à l'égard de la ministre de l'Education : «dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira (ministre de la Justice) est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem».

Cette réforme est «désastreuse, peut-être irréversible, pour notre République», a t-il martelé sous les applaudissements de la salle. Le président de l'UMP, qui a choisi de rebaptiser son parti «Les Républicains», a estimé que «l'école va devenir médiocre au lieu d'être exigeante». D'après lui, «la gauche a tourné le dos à toutes les valeurs républicaines». Et de dénoncer: «au nom de l'égalitarisme, ils ont construit l'école de l'injustice» et l'école est devenue «l'otage de quelques idéologues experts en pédagogisme».

L'ancien président de la République n'a pas non plus épargné son successeur à l'Elysée, François Hollande, cible de plusieurs attaques virulentes. «Je suis sidéré par la médiocrité offerte chaque jour depuis trois ans par M. Hollande, a-t-il affirmé. Il voulait +réenchanter le rêve français+, mais avec 900.000 chômeurs en plus, une centaine d'impôts et de taxes nouvelles, 200 milliards de dette supplémentaires, 17% de bénéficiaires du RSA en plus (...) il a enchanté le cauchemar français».

François Hollande est «tellement content de ses trois ans (à l'Elysée) qu'il est parti aux Caraïbes pour auto-célébrer son anniversaire», a-t-il ironisé, alors que le chef de l'Etat se trouve actuellement à Cuba, après les Antilles. «Même au Parti socialiste, ils ne croient plus en lui», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mardi 12 mai 2015 à 09:57

    Et Sarkozy trouvait que les petits passaient encore trop de temps à l'école, allez hop, semaine de 4 jours. Un jour il faudra répondre à cette question, où ce sbire souhaitait emener la France, la faire descendre jusqu'où et pour servir les interets de qui ? Pas ceux des Français en tout cas !

  • bearnhar le mardi 12 mai 2015 à 09:55

    J'entend que les petits en primaire n'auraient que 24h d'école par semaine ? Alors vous fatiguez pas, nous n'y arriverons jamais ! Et aussi, bien trop de congés/an, environ 4 mois sans école, c'est du total n'importe quoi.

  • M3121282 le mardi 12 mai 2015 à 08:09

    il est dérisoire cet individu