Réforme des 35 heures : 24% de grévistes à l'AP-HP selon la direction

le , mis à jour à 14:33
0
Réforme des 35 heures : 24% de grévistes à l'AP-HP selon la direction
Réforme des 35 heures : 24% de grévistes à l'AP-HP selon la direction

Les perturbations devraient être indolores, promet la direction. Ce jeudi, les personnels des hôpitaux de Paris sont appelés à «une grève massive». L'intersyndicale de l'AP-HP, vent debout contre la réforme des 35 heures engagée par la direction, veut capitaliser sur la colère qui monte dans les services hospitaliers franciliens pour obtenir «le retrait pur et simple» du projet.

Qu'est-ce que l'AP-HP ? 38 hôpitaux, dont les énormes Robert Debré, Lariboisière, Henri-Mondor, partout en Île-de-France, mais aussi dans l'Oise, à Hyères (Var) et Hendaye (Pyrénées-Atlantiques). Ils emploient 95 000 professionnels dont 75 000 agents, qui reçoivent 7 millions de patients chaque année. Un médecin formé sur cinq en est issu. Le budget de cette énorme institution est de près de 7 milliards d'euros par an.

Quelle mobilisation ? Mardi, après l'échec d'une nouvelle réunion avec le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch, l'intersyndicale a appelé les agents à se mobiliser, une semaine après une première journée de grève qui avait été suivie par 50% d'entre eux, selon les syndicats, par 34% selon la direction. Selon la direction, qui a tweeté le chiffre un peu après 13 heures, le taux de mobilisation s'élèverait à 24% de grévistes. L'Intersyndicale n'a pas donné son chiffre.

#APHP Le taux de mobilisation d'aujourd'hui jeudi 28 mai est de 24 % versus 34% le jeudi 21 mai 2015— AP-HP (@APHP_Actualites) 28 Mai 2015

Selon les syndicats, 8 000 manifestants se sont rendus avenue Victoria sous les fenêtres de la direction,citant le directeur Martin Hirsch, arrivé en novembre 2013, dans tous leurs slogans : «Martin arrête ton baratin», «Martin, on n'en a plus besoin», clamaient les grévistes.

Dans les services, tout a été organisé pour que le mouvement ait peu de répercussions; seules les interventions non urgentes ont été déprogrammées. L'accueil des patients aux urgences devrait se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant