Réforme de l'évaluation scolaire : Hamon veut «stimuler au lieu de décourager»

le
1
Réforme de l'évaluation scolaire : Hamon veut «stimuler au lieu de décourager»
Réforme de l'évaluation scolaire : Hamon veut «stimuler au lieu de décourager»

Benoît Hamon, le ministre de l'Education nationale, lance ce mardi une consultation pour réformer l'évaluation des élèves. Son objectif : encourager les progrès et valoriser les acquis. Il nous détaille, en exclusivité, la mission de la conférence nationale d'évaluation.

Pourquoi lancez-vous cette conférence??

BENOÎT HAMON. - Aujourd'hui, notre système d'évaluation souligne les lacunes et les échecs des élèves, ce qui peut être très décourageant pour certains. La dernière enquête Pisa l'a montré : les jeunes Français sont ceux qui redoutent le plus l'erreur et dont les taux de non-réponse aux questions posées sont les plus élevés, par peur de faire une faute. Je lance donc une réflexion pour une nouvelle évaluation au service de l'apprentissage et des progrès des élèves.

Le système d'évaluation français est donc si mauvais??

B.H. - Tout le monde a le souvenir d'un échec à l'école. En France, nous sommes définis par rapport à ces échecs. Si vous avez 10 de moyenne, on considère que vous « valez » 10. Cela satisfait d'abord les familles qui maîtrisent les codes de la réussite à l'école. Il faut en finir avec ces délits d'initiés. L'évaluation doit permettre aux enseignants et aux enfants de mesurer les progrès accomplis et ceux qui restent à accomplir. Il faut qu'elle soit plus exigeante, qu'elle en dise plus?; qu'elle soit bienveillante et qu'elle stimule au lieu de décourager.

C'est-à-dire??

B.H. - Prenez l'exemple de l'anglais. Au niveau européen, il est évalué sur six niveaux allant de A1 à C2. Le B2 prouve que l'on est capable de tenir une discussion courante, tandis qu'un 12/20 sur un commentaire de texte ne dit pas votre aptitude à parler anglais. Il faut sortir de la logique « acquis » ou « non acquis », car il y a différents degrés d'acquisition. Un écolier qui éprouve des difficultés en grammaire et en syntaxe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 le mardi 24 juin 2014 à 12:53

    Il veut surtout stimuler les médiocres, à son image...