Réforme bancaire : les banques françaises seront-elles le dindon de la farce ?

le
0
BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et BPCE font partie des 30 banques jugées systémiques au niveau mondial.
BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et BPCE font partie des 30 banques jugées systémiques au niveau mondial.

C'est une véritable bataille de l'ombre qui se joue en ce moment à Bruxelles et à Strasbourg, dans les couloirs du Parlement européen. Les banques françaises sont sur le pied de guerre pour tuer dans l'?uf le projet de « réforme structurelle des banques », nouvelle brique censée renforcer la solidité du système financier après la crise de 2008. Un texte qui, s'il devait être appliqué, reviendrait, selon elles, à remettre tout un pan de leur activité aux mains des superpuissantes banques de marché américaines.

Le 19 juin, elles ont essuyé un premier revers, lorsque les ministres des Finances de l'Union européenne se sont mis d'accord sur les détails de ce règlement, en négociation avec le Parlement européen.

Une loi française déjà en vigueur

Cette version prévoit d'obliger les banques dites « systémiques », c'est-à-dire trop grosses pour faire faillite (car elles menaceraient la stabilité du système financier dans son ensemble si elles se retrouvaient en difficulté) à séparer leurs activités de dépôts et de marché, sauf lorsque ces dernières sont menées pour le compte d'un client et non pour leur seul bénéfice. Cette règle cible donc les « banques universelles », qui combinent l'exercice de ces deux métiers, et exposent de fait l'argent de leurs clients aux risques qu'elles prennent en faisant des paris sur les marchés financiers.

A priori donc, rien de trop dangereux pour les banques...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant