Référendum pour la démocratie à Macao, cinq arrestations

le
0

HONG KONG, 25 août (Reuters) - La police de Macao a arrêté cinq personnes qui participaient aux préparatifs d'un référendum informel en faveur de réformes démocratiques dans ce territoire du sud de la Chine, rapportent lundi les organisateurs. Ce sondage en ligne, similaire à un référendum organisé à Hong-Kong il y a près de deux mois sans l'aval des autorités, a commencé dimanche et doit durer une semaine. Il coïncide avec la désignation du prochain chef de l'exécutif local par un collège restreint de 400 grands électeurs qui devrait, selon toute vraisemblance, aboutir à la réélection de Fernando Chui. Les organisateurs du référendum proposent aux 600.000 habitants de Macao de se prononcer sur l'opportunité de désigner le dirigeant au suffrage universel à partir de 2019. Des militants et des médis locaux ont annoncé lundi que cinq personnes avaient été arrêtées pour avoir enfreint la législation sur protection de la vie privée. Parmi elles, figure Jason Chao, accusé d'avoir "gravement désobéi à la police". Ces cinq personnes ont ensuite été relâchées. La police de Macao a par ailleurs fermé des lieux où les électeurs pouvaient accéder à des tablettes électroniques qui permettent de participer au scrutin. Bill Chou, vice-président du mouvement citoyen New Macao Group, a dénoncé ces mesures répressives qui ont d'autant moins de sens à ses yeux que les votants ont donné leur accord au préalable. "Nous leur avons d'abord demandé leur permission avant de recueillir leur carte d'identité et d'autres informations. Il n'y a pas de raisons que la police (...) intervienne et arrête nos responsables", a-t-il dit. Lundi matin, 4.700 personnes avaient participé au référendum. (Farah Master; Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant