Référendum historique sur le mariage gay en Irlande

le , mis à jour à 08:47
2
Référendum historique sur le mariage gay en Irlande
Référendum historique sur le mariage gay en Irlande

La très catholique Irlande se prononce ce vendredi pour ou contre le mariage homosexuel. Les Irlandais sont invités aux urnes devront répondre à cette question : « Souhaitez-vous autoriser le mariage entre deux personnes, sans distinction de sexe ?». Les bureaux de vote ont ouvert à 7 heures (8 heures à Paris), ils fermeront à 21 heures, heure locale.

Le simple fait qu'une consultation soit organisée sur le sujet illustre l'évolution des mœurs dans ce pays de 4,6 millions d'habitants. L'homosexualité y était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et le divorce n'a été légalisé qu'en 1995. L'avortement y reste interdit, sauf lorsque la vie de la mère est en danger; l'Irlande a même obtenu la garantie qu'aucun traité européen ne viendrait l'obliger à modifier sa législation sur ce point.

Selon les derniers sondages, le « oui » devrait l'emporter, même si l'écart avec le « non » s'est apparemment réduit à l'approche du vote. Les plus de 65 ans sont massivement contre le mariage pour tous, les moins de 35 ans, enfants de la révolution économique irlandaise puis de la crise, biberonnés aux échanges Erasmus, sont pour.

Le « oui » au référendum est ardemment défendu par le Premier ministre Enda Kenny, patron du Fine Gael, un parti pourtant plutôt conservateur. « L'idée que toutes les unions puissent être égales a allumé une flamme dans le cœur des Irlandais », a-t-il dit dans un de ses tweets quasi quotidiens sur le sujet.

The possibility of making all love equal has lit a fire in the hearts &minds of Irish people -keep working until 10pm Friday for YES #MarRef— Enda Kenny (@EndaKennyTD) 20 Mai 2015

Le camp du oui est soutenu par des stars du monde du sport, de la musique et du cinéma, dont l'acteur Colin Farrell ou le chanteur Bono.

Face à eux, l'Eglise catholique d'Irlande et les conservateurs ont mené une campagne énergique, arguant que le mariage devait être l'apanage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le vendredi 22 mai 2015 à 09:43

    Question subsidiaire : accepetez-vous que des femmes louent leur utérus moyennant finance pour fabriquer des enfants clés en main?

  • jfvl le vendredi 22 mai 2015 à 09:04

    Un exemple de démocratie