Référendum grec : Tsipras soutenu par des milliers de citoyens

le , mis à jour à 20:39
170
Référendum grec : Tsipras soutenu par des milliers de citoyens
Référendum grec : Tsipras soutenu par des milliers de citoyens

Nous y sommes. Dans moins de 24 heures, la Grèce risque le défaut de paiement si elle ne verse pas 1,5 milliard d'euros au FMI, chose impossible en l'état actuel des finances du pays. D'autant qu'après cinq mois de négociations, les Européens ont décidé de laisser expirer le programme d'aide dont bénéficiait la Grèce. 

La raison ? Le référendum convoqué par Alexis Tsipras le 5 juillet prochain. Le Premier ministre a défendu son choix ce lundi en expliquant que la Grèce serait «mieux armée» pour renégocier avec les créanciers une fois la consultation passée. «Notre choix est de rester dans l'euro», a-t-il également indiqué à ceux qui qualifient le référendum comme un «oui» ou un «non» à l'Union européenne. Car pour de nombreux leaders européens, ce référendum revient à choisir entre l'euro ou la drachme, l'ancienne monnaie nationale. 

Des milliers de Grecs ont en tout cas voulu soutenir le leader de Syriza en descendant dans les rues ce lundi soir pour dire «non» au plan d'aide et face au «chantage des créanciers». Un soutien dont aura besoin Tsipras d'ici au 5 juillet. En cas de victoire du «oui», il a annoncé à demi-mot qu'il ne resterait pas Premier ministre. 

Sur les marchés, la journée a été secouée mais les bourses ont limité les dégâts malgré les fortes baisses enregistrées à Francfort, Paris, Londres, Madrid ou encore Lisbonne. En fin d'après-midi, l'agence Standar & Poor's a revu à la baisse la note de la Grèce en la plaçant à «CCC-». Un espoir demeure tout de même en vue d'un accord avant mardi soir, minuit. C'est le patron de l'Eurogroupe et le Premier ministre français qui le disent : «La porte des négociations reste ouverte», ont-ils clamé. Reste à voir si le message sera entendu par Alexis Tsipras. 

Revivez les événements de lundi en direct :

23h14. Fitch place 4 banques en «défaut partiel» suite au contrôle des capitaux. 

23 heures. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • coffrefo le mardi 30 juin 2015 à 19:59

    cherche chomeurs , retraités , fonctionnaires ,etc.. qui seraient d'accord pour faire une croix sur leur salaire payé par U.E. , une idée ?

  • coffrefo le mardi 30 juin 2015 à 19:56

    cherche homme d'affaire qui tient pas les engagements et renégocie les armes a la main , une idée ?

  • coffrefo le mardi 30 juin 2015 à 19:55

    cherche homme politique qui fais promesse , ne peux pas les tenir et aprés s'en remet au peuple , une idée ?

  • coffrefo le mardi 30 juin 2015 à 18:31

    on devrait tous faire pareille avec les banques !! dehors les grecs .

  • saggy le mardi 30 juin 2015 à 18:17

    et ce pov gars dont on a pendu la tête à un grillage.... c'est déjà de l'histoire ancienne ....

  • davco85 le mardi 30 juin 2015 à 18:16

    Milliers ?? syndicats ou police ? on était presque autant à la kermesse du village très sympa

  • frenchto le mardi 30 juin 2015 à 16:01

    j'ai oublié de préciser que les évadés fiscaux sont couvert par Mr Junker

  • frenchto le mardi 30 juin 2015 à 16:00

    personne ne peut s'arroger le droit de dicter sa conduite aux GRECS. Tous les Européens ont été manipulés, floués, par un système qui n'a profité qu'à l'allemagne. La vision Européenne c'était un développement des peuples. Il y a quoi en France ?? des Audi, BMW et du chômage.

  • stmaster le mardi 30 juin 2015 à 12:43

    Belle mentalité que de vouloir décider pour autrui !Contentez-vous de réclamer un référendum pour dire si VOUS, vous voulez continuer à rester dans l'Europe , à l'instar de ce que vont faire nos amis britanniques, et laissez les Grecs décider de leur propre sort.

  • 72805271 le mardi 30 juin 2015 à 12:09

    Et pourquoi pas un référendum des autres Européens pour savoir s'ils veulent encore des Grecs dans l'UE?