Référendum grec : les Siamantas voteront « oui, bien sûr »

le
3
Référendum grec : les Siamantas voteront « oui, bien sûr »
Référendum grec : les Siamantas voteront « oui, bien sûr »

Du haut de son duplex de 200 m² avec toit-terrasse où trône un écran de télé géant, la famille Siamantas domine Athènes à ses pieds. Installés au 6 e et dernier étage, dans le quartier résidentiel de Psychiko, Vassili, 53 ans, fondateur d'un cabinet de conseil en patrimoine, et son épouse, Christie, 49 ans, avocate dans une grande banque, sont conscients d'être des privilégiés, même si, disent-ils, « on a beaucoup travaillé pour ça et on n'a pas envie de tout perdre ». C'est pourquoi la famille Siamantas avec ses deux jumeaux de 18 ans, Dimitri et Cristo, votera « oui, bien sûr » aujourd'hui. Dans la famille, formation et patrimoine obligent, on analyse avant tout la situation sous son angle économique. « La Grèce doit rester dans l'Europe et dans l'euro. Il ne faut pas gâcher ces trois années d'efforts », insiste Vasilli, avec son air d'Antony Quinn incarnant Zorba le Grec. « La majorité de mes copains veulent partir à l'étranger ; moi, je veux vivre et travailler ici », intervient Dimitri, qui vient de réussir son bac.

« J'étais encore optimiste jusqu'à récemment, assure le conseiller en patrimoine. Beaucoup de gens sont venus me voir, affolés. Ils voulaient investir dans l'or, d'autres voulaient un coffre-fort. Je leur disais de ne pas paniquer, mais maintenant... » « Les Grecs ont beaucoup souffert, admet Vassili. Beaucoup n'ont plus d'argent en cash, plus de travail, mais ça n'est pas une raison pour tout faire sauter. » Christie en est persuadée : « Si le non gagne, les banques grecques devront rendre l'argent qu'on leur a prêté, 90 MdsEUR, et seront obligées de fermer, gardant les dépôts des particuliers. » Et alors, « une fois la Grèce sortie de l'euro, les loups vont arriver, prédit Vassili. La drachme devra être dévaluée plusieurs fois avant de se stabiliser, on ne pourra plus importer ni médicaments ni pétrole. »

Certes, les « gouvernements d'avant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Mig737 le dimanche 5 juil 2015 à 10:43

    Mauvais exemple, les 2 familles prisent en exemple devraient être de la même classe, là on va encore nous dire que le delta oui/non est une affaire de classe sociale! Sinon, cela prouve une fois de plus que les aides à outrance, l’assistanat renforce le parasitisme et bloque l'évolution. Cette famille est réaliste et sait prendre du recul!

  • m1234592 le dimanche 5 juil 2015 à 10:26

    Si les gauches européennes et tout particulièrement Mitterrand-Strauss-Kahn n'avaient pas bloqué l'examen des comptes présentés par la Grèce lors de sa demande d'admission nous n'en serions pas là. Si les créanciers actuels de la Grèce ne lui avait pas prêter tout cet argent avec des taux préférentiels nous n'en serions pas là non plus ! C'est pas beau la gauche internationale de l'endettement à tout va ?

  • m1234592 le dimanche 5 juil 2015 à 10:17

    dès la clôture des urnes grecques, cad quelque soit ou peu importe le résultat, je demande que l'on organise un référendum au sein des pays ayant adopté l'euro avec pour simple question : êtes-vous d'accord pour renvoyer, aux calendes grecques, le remboursement de la dette grecque aux pays, oui ou non ?