Référendum dimanche en Ukraine : le coup de force des séparatistes

le
1
Référendum dimanche en Ukraine : le coup de force des séparatistes
Référendum dimanche en Ukraine : le coup de force des séparatistes

Un divorce avec L'Ukraine. Voilà ce que représente aux yeux des séparatistes le «référendum sur l'indépendance des républiques populaires» prévu ce dimanche à l'est du pays, dans les circonscriptions de Lougansk et Donetsk. D'ores-et-déjà jugé illégal par les pays occidentaux, ce scrutin initié par les pro-russes entend officialiser la séparation de l'Est ukrainien avec le reste du pays. Et à terme, un éventuel rattachement à la Russie.

La tenue de ce scrutin aura de forts enjeux nationaux et, au-delà, une influence sur la relation des pays occidentaux avec la Russie, qui ont engagé un bras de fer sur le dossier ukrainien. 

Des séparatistes déterminés

«Approuvez-vous l'indépendance de la République populaire de Donetsk?» et «approuvez-vous l'indépendance de la République populaire de Lougansk?». Voilà la question, posée en ukrainien et en russe sur le papier, à laquelle devront répondre les quelque 7,3 millions d'habitants des «oblast» (circonscriptions) de Lougansk et Donetsk, composant la région du Donbass collée à la frontière russe. 

Et malgré la demande de report du «référendum» par Vladimir Poutine en personne, les pro-Russes maintiennent le scrutin. Ces derniers refusent de reconnaître les «fascistes de Kiev» et le gouvernement de transition. Le Donbass, bassin minier et métallurgique, situé entre la mer d'Azov et le fleuve Don est l'une des régions les plus importantes du pays. A la chute de l'URSS, en 1991, cette région avait pourtant voté pour l'indépendance de l'Ukraine, comme, au total 90% des Ukrainiens.

Les enjeux de ce référendum sont nationalistes mais aussi économiques, pour ce bassin industriel en perte de vitesse depuis plusieurs années (voir encadré).

Photo annonçant le référendum du 11 mai, affichée dans la région de Donetsk. L'ouest est représenté par des hommes violents et encagoulés, l'est par des ouvriers volontaires. Crédit/Twitter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le samedi 10 mai 2014 à 23:31

    ON demandera à Vladimir si il peut nous fournir de l'essence pour la démocratie en UKraine ...GRace au écolos ,on pourra fournir des vélin pour la Liberté du frick...