Refaelov, la dernière friandise de Bruges

le
0
Refaelov, la dernière friandise de Bruges
Refaelov, la dernière friandise de Bruges

La rencontre Israël-Belgique du groupe B des éliminatoires de l'Euro 2016 aura une saveur toute particulière pour un joueur : Lior Refaelov. Un ailier israélien qui s'éclate depuis près de quatre ans en Jupiler League avec la liquette du FC Bruges sur le dos, mais loin d'être prophète en son pays.

22 mars 2015. Devant les 45 000 spectateurs du stade Roi-Baudouin, Anderlecht et le FC Bruges jouent les dernières secondes de la finale de Coupe de Belgique. Le tableau affiche 1-1 après que la mitraillette Aleksandar Mitrović a égalisé in extremis pour les Mauve et Blanc à la 89e minute. Tout le monde s'attend à passer au moins une grosse demi-heure de plus dans l'antre bruxelloise. Sauf que Lior Refaelov en a décidé autrement. Aux abords de la surface, après un ballon mal renvoyé par la défense d'Anderlecht sur un coup de pied dans la boîte, le milieu offensif et attaquant israélien prend sa plus belle savate gauche pour décocher une volée qui vient flirter avec le poteau. Silvio Proto est battu. 2-1. Le FC Bruges remporte sa onzième Coupe de Belgique, son premier trophée depuis huit ans. "C'est assez marrant parce qu'avant la rencontre, on avait regardé des vidéos, et notamment le but de Zidane (contre Leverkusen). Il avait marqué d'une superbe reprise, lui aussi du pied gauche. J'y ai repensé en fêtant mon but. C'est sans doute le plus beau but de ma carrière", expliquera celui qui sera élu homme du match dans les colonnes de Lavenir.net.
Vázquez le chef d'orchestre, Refaelov le soliste
Cette victoire en finale de Coupe de Belgique constitue le septième succès de rang pour le FC Bruges. Et visiblement, le club n'a pas l'air de vouloir s'arrêter en si bon chemin : leaders de Jupiler League à l'issue de la phase régulière avec 61 points, les Brugeois sont toujours en course en Ligue Europa où ils affronteront le Dnipro Dnipropetrovsk en quart de finale, vingt ans après avoir atteint ce stade de la compétition pour la dernière fois. Évidemment, l'arrivée de Michel Preud'homme à la tête des Blauw-Zwart en 2013 a considérablement transformé l'équipe. On parle d'un homme qui a toujours su implanter une identité de jeu et gagner des trophées dans tous les clubs où il est passé (Standard Liège, Gent, Twente, Al-Shabab et Bruges, donc). Le retour du vétéran Timmy Simons dans l'entrejeu brugeois, c'est lui. La relance de l'espoir Tom De Sutter, c'est lui aussi. Mais réduire le FC Bruges à la simple influence de son coach serait trop simple.

À dire vrai, le FC Bruges (re)marche depuis 2011, soit la date d'arrivée au club d'un duo d'incroyables manieurs de ballon. D'un côté, Víctor Vázquez, ancien meneur de jeu du Barça B époque Guardiola, et de l'autre,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant