Réduire de moitié le nombre de chèques d'ici à 2017

le
6
Un rapport sur les moyens de paiement en France préconise les paiements par virement et autres transactions électroniques, plus sûrs et moins onéreux.

À l'heure de la révolution mondiale des moyens de paiement (mobiles, Internet, transactions sans contact...), chèques et espèces gardent une bonne place dans les portefeuilles français. Ils restent les références des transactions du quotidien. 18,3 % des paiements (hors espèces) ont ainsi été réglés par chèques en 2010, pour une valeur moyenne de 555 euros. Pour Georges Pauget et Emmanuel Constans, auteurs d'un rapport sur les moyens de paiement en France, publié aujourd'hui, il est urgent d'encadrer ces pratiques afin d'orienter les Français vers les virements et autres transactions électroniques, plus sûrs et moins onéreux.

«Les paiements en liquide ou par chèques induisent des coûts de gestion élevés pour les banques et grèvent ainsi leur capacité à investir pour préparer les moyens de paiement d'avenir» souligne Georges Pauget. S'ils n'investissent pas massivement sur les chantiers du mobile ou du paiement sans contact, les établissements seront incapables de répondre à la concurrence des nouveaux acteurs d'origine non-bancaire, qui entament depuis plusieurs mois la commercialisation de leurs produits comme les portefeuilles électroniques. Or un déséquilibre des banques fragiliserait l'économie française, tributaire de leur capacité à prêter.

Contrôle des dépenses

L'ancien directeur général du Crédit agricole et son coauteur, médiateur des ministères de l'Économie et du Budget et président du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), préconisent l'instauration d'une vaste réflexion de filière. Ce projet à horizon 2016 pourrait être lancé dès l'automne prochain afin de «définir et réaliser une ambition nationale», en anticipant les bouleversements du secteur. Cette réflexion devrait se construire autour des deux piliers, réclamés par l'ensemble des acteurs: facilité et sécurité des paiements.

Pour mettre en place le nouveau paysage français du paiement, qui devra favoriser les transactions en ligne sous toutes leurs formes ainsi que le sans-contact, il est essentiel, selon les auteurs, d'accélérer la réduction du rôle des chèques. L'idée serait de s'appuyer sur le rapport réalisé par le CCSF, à la demande de la ministre de l'Économie, en mars 2011. Cette étude avait souligné les raisons de la persistance d'utilisation des chèques: son rôle psychologique de moyen de contrôle des dépenses, ou son caractère irremplaçable pour certaines dépenses. Christine Lagarde avait alors refusé de programmer la fin du chèque. Georges Pauget et Emmanuel Constans estiment qu'il est l'heure d'accélérer le mouvement: ils préconisent la fixation pour 2017 d'un objectif intermédiaire de réduction de moitié du nombre de chèques émis.

LIRE AUSSI:

» Prélèvements: les banques éliminent les commissions

» Le paiement sur smartphone décollera vraiment en 2012

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titi18 le mardi 24 avr 2012 à 12:06

    Il faut au contraire privilégier le paiement en espèces. On se rend mieux compte de nos dépenses. Depuis que j'ai un compte bancaire, les frais ont considérablement augmentés. Aujourd"hui de nombreux services sont payants. Pour chaque transaction avec la CB la banque engrange des commissions. Aujoud"hui elles pleurent car elles ont trop de frais de fonctionnement et ne peuvent investir dans de nouveaux projets. Je n'y crois absolument pas.

  • kerplou le mardi 24 avr 2012 à 10:17

    Payer en especes , car les banques ne savent rien de votre train de vie de vos habitudes,(Restaurant,Café,Casino etc...) . Il faut revenir aux especes. Il faut creer une economie souterraine afin d'echapper aux BANKSTERS . Si tu veux un pret moins ils en sauront sur toi plus tu as de chances de l'avoir.

  • JUFRABRE le mardi 24 avr 2012 à 09:46

    J'ai une autre proposition à faire : payer le maximum en espèce et en chèque pour emm... les banquiers qui veulent toujours réduire leurs coûts et augmenter les notres ;-)

  • nergen le mardi 24 avr 2012 à 08:59

    Ce qui est beau c'est que les auteurs, des ex banquiers, veulent nous imposer le paiement par virement. Sauf que, dans pas mal de banques, ce service est payant ou deviendra payant. Française et Français abandonnez un service gratuit pour un service payant. Le lobby bancaire prépare le terrain

  • brinon1 le mardi 24 avr 2012 à 08:47

    idem Belgique moins de 5% en cheque le reste en SEPA et cartes, et important en liquide. le liquide vu la situation economique et sociale est promis à un bel avenir, ce n'était pas l'effet escompté par les états aux abois.

  • junkmanu le mardi 24 avr 2012 à 08:31

    quand le francais n'aura plus ni chequier ni liquide, ils auront subitement une explosion des frais ( ' a cause des pbs de securite', etc...) et les gens repaieront en liquide, comme en allemagne...