Réduction du déficit : la France dit non à la Commission européenne

le
2
Pour Michel Sapin, la France est pour la première fois en position de respecter ses objectifs de réduction des déficits.
Pour Michel Sapin, la France est pour la première fois en position de respecter ses objectifs de réduction des déficits.

Mardi au Parlement européen, Pierre Moscovici et son collègue letton Valdis Dombrovskis étaient venus s'expliquer devant les députés de la commission économique et monétaire sur la gouvernance économique européenne et budgétaire de l'Union européenne. Mais les deux commissaires ont en réalité été interpellés quasi exclusivement sur deux sujets : la Grèce et... le respect de ses engagements budgétaires par la France. Après le nouveau délai de deux ans accordé à Paris pour ramener ses déficits à 3 % du PIB en 2017, nombreux sont les élus qui accusent la seconde économie de la zone euro d'avoir bénéficié d'un passe-droit. Soupçonné d'être trop indulgent à l'égard de son pays d'origine, l'ancien ministre français de l'Économie a dû s'employer à justifier la position de l'institution. "La recommandation que nous avons prise à l'unanimité de la Commission est équilibrée, elle n'est pas indulgente : la France doit faire plus en 2015, la France doit faire un effort structurel en 2016 et 2017", a-t-il martelé face à la pugnacité de certains députés. "Les efforts de consolidation budgétaire devraient être poursuivis à un niveau soutenu en 2016 et 2017 pour parvenir à l'objectif nouveau que nous lui avons fixé."Sapin contredit Moscovici Mercredi, son successeur au ministère français des Finances lui a clairement répondu non, lors de la présentation à la presse de la nouvelle trajectoire budgétaire actualisée, qui sera...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicoti le mercredi 15 avr 2015 à 15:09

    La dette c'est de l'impot pour les générations futures (sauf défaillance). Ce n'est pas la France qui dit non aux réductions de déficits, mais des politiciens qui s'achètent à crédit des voix pour les prochaines élections en finançant le "toujours plus" bien connu dans notre pays

  • lorant21 le mercredi 15 avr 2015 à 14:54

    La France ne respectera aucun engagement. C'est la règle. Pas plus celui-ci qu'un autre.