Réduction des dépenses : l'Arlésienne de la politique italienne

le
3
Le dernier commissaire en charge du dossier, pourtant nommé par Renzi, a jeté l'éponge devant le peu d'empressement du chef du gouvernement à tenir ses engagements.
Le dernier commissaire en charge du dossier, pourtant nommé par Renzi, a jeté l'éponge devant le peu d'empressement du chef du gouvernement à tenir ses engagements.

Réduire les dépenses publiques est, en Italie aussi, une mission impossible. Les quatre commissaires à la « spending review » - la péninsule a adopté le vocabulaire anglais pour définir l'exercice - qui se sont succédé en trois ans ont tous échoué. Le premier à tenter l'aventure fut, à la demande de Mario Monti, Piero Garda en 2012. Grand expert de la matière, Garda avait trouvé dans les recoins du budget transalpin une centaine de milliards « réductibles à moyen terme » et cinq milliards à économiser immédiatement.

Mais « immédiatement » est à l'évidence un gros mot en politique, et Garda est rapidement remplacé par Enrico Bondi. Bondi s'était forgé une réputation de « dur » en volant au secours du groupe Parmalat en pleine déconfiture. Il propose de dégraisser le mammouth à hauteur de 4,2 milliards tout de suite et de 10 milliards l'année suivante. Mais entraîné dans la chute de Mario Monti, il disparaît à son tour dans les limbes de la politique transalpine. Et ses économies avec lui !

Cost killer

En octobre 2014, le relais passe à Carlo Cottarelli, super-technicien du Fonds monétaire international, qui accepte la mission que lui confie Enrico Letta à condition d'avoir un contrat de trois ans. La médecine du docteur Cottarelli est amère : 7 milliards d'économies la première année, 16 en 2015, 32 en 2016. Il promet de fermer 2 000 sociétés mixtes - puits sans fond des administrations...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le jeudi 12 nov 2015 à 08:13

    On apprend pas cette matière à l'Ena.....

  • idem12 le jeudi 12 nov 2015 à 06:24

    C'est vrai qu'en France nous sommes bien placé pour en parler...

  • b.renie le jeudi 12 nov 2015 à 06:22

    Pour réduire les dépenses publiques il faut changer l'organisation en la dépoussièrant d'abord puis dans un deuxième temps étudier les simplifications qui réduiront les coûts administratifs avec l'intervention de cabinets extérieurs, enfin en pensant un nouveau schéma politico administratif pour le pays. Ces 3 étapes nécéssite une volonté politique puissante et l'adhésion d'une majorité de la population. De toute façon c'est un chantier de15 années environ