Redressement fiscal de Gilles Carrez : erreur ou faute ?

le
3
Gilles Carrez a plaidé sa totale bonne foi.
Gilles Carrez a plaidé sa totale bonne foi.

Les réactions politiques au risque de redressement fiscal pour non-paiement de l'ISF à l'égard de Gilles Carrez (UMP) sont contrastées. Certains se veulent inflexibles, au nom de la nécessaire exemplarité des élus, d'autres se montrent compréhensifs et estiment que le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale a commis une "erreur".

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, estime ainsi que "ceux qui font la loi doivent évidemment être exemplaires". "C'est grâce à la volonté de transparence du président de la République que ces situations deviennent connues de l'opinion puisqu'avant on ne disait rien et maintenant les élus doivent être transparents. Je regrette que tout cela vienne accréditer le sentiment que les responsables politiques sont au-dessus des lois alors que, dans leur écrasante majorité, ils travaillent pour l'intérêt général. Laissons les choses se faire et voyons ce qu'il en est, je ne juge pas avant de connaître les faits." Jean-Christophe Lagarde, député et candidat à la présidence de l'UDI, plaide l'erreur : "Je connais Gilles Carrez, j'ai l'impression que c'est un homme d'une très grande probité, il faut aussi accepter qu'il puisse y avoir des erreurs : ce n'est pas le seul contribuable en France qui aurait fait une erreur. (...) Autant je suis contre le fait que les élus soient jugés comme inatteignables, autant il ne faut pas qu'ils soient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 27 oct 2014 à 09:19

    Pour un spécialiste de l'immobilier!!!!

  • frk987 le lundi 27 oct 2014 à 07:59

    Nos chers zélus passent leur temps à voter des lois dont ils ne comprennent ni l'application ni la portée. Faut dire que n'importe qui étant éligible, ce n'est pas spécialement une surprise.

  • frk987 le lundi 27 oct 2014 à 07:56

    Cette mise en lumière de l'inapplicabilité de l'ISF est un vrai pain béni. On ne pouvait choisir meilleurs cible pour en démontrer l'absurdité. Et oui M. Carrez une scpi ne bénéficie pas des 30% d'abattement immobilier ... 99% des assujettis à l'ISF le savent sauf le président de la commission des finances, c'est à mourir de rire !!!!